Questions les plus fréquentes

Généralement il est impossible d’avoir un parfait anonymat, même avec Tor. Bien qu’il y ait certaines choses que vous puissiez mettre en place pour améliorer votre anonymat lorsque vous utilisez Tor et hors ligne.

Utiliser le Navigateur Tor et des logiciels spécifiquement configurés pour Tor

Tor ne protège pas tout le trafic internet de votre ordinateur lorsque vous l’allumez. Tor protège uniquement les applications qui sont correctement configurées pour envoyer leur trafic à travers Tor.

Navigation Web : – Sûre : le Navigateur Tor – Dangereux : tout autre navigateur configuré pour utiliser Tor comme mandaire

Partage de fichiers : – Sûr : OnionShare – Dangereux : BitTorrent par Tor

Contrôlez quelles informations vous fournissez via les formulaires Web

Si vous visitez un site Web en utilisant le Navigateur Tor, ils ne savent pas qui vous êtes ou votre vrai emplacement. Malheureusement, de nombreux sites demandent plus d’informations personnelles que nécessaire via des formulaires Web. Si vous vous connectez à ces site Web, ils ne connaissent toujours pas votre emplacement, mais ils savent qui vous êtes. De plus, si vous fournissez: nom, courriel, adresse, numéro de téléphone ou toute autre information personnelle, vous n’êtes plus anonyme sur ce site Web. La meilleure défense est d’être vigilant et extrêmement prudent lors du remplissage des formulaires Web.

Ne téléchargez pas de Torrent par Tor

Il a été observé que les applications de partage de fichiers Torrent ignorent les paramètres de proxy et établissent des connexions directes même lorsqu’elles sont paramétrées pour utiliser Tor. Même si votre application BitTorrent ne se connecte que par Tor, vous enverrez souvent votre vraie adresse IP dans la requête GET du traqueur, car c’est ainsi que les torrents fonctionnent. Non seulement vous désanonymisez votre trafic torrent et votre trafic Web simultané avec Tor de cette façon,mais vous ralentissez également tout le réseau Tor pour tous les autres utilisateurs.

N’activez pas ou n’installez pas des greffons de navigateur

Le Navigateur Tor bloquera les greffons tels que Flash, RealPlayer, QuickTime et autres : ils peuvent être manipulés afin de divulguer votre adresse IP. De même, nous ne recommandons pas l’installation d’addons ou plugins supplémentaires dans le Navigateur Tor, car ceux-ci peuvent contourner Tor ou porter atteinte à votre anonymat et à votre confidentialité.

Utilisez les versions HTTPS des sites Web

Tor will encrypt your traffic to and within the Tor network, but the encryption of your traffic to the final destination website depends on that website. Pour garantir le chiffrement privé des sites Web, le Navigateur Tor inclut HTTPS Everywhere pour forcer l’utilisation du chiffrement HTTPS avec les principaux sites Web qui le prennent en charge. Cependant, vous devriez toujours surveiller la barre d’URL du navigateur pour vous assurer que les sites Web sur lesquels vous fournissez des informations sensibles affichent un cadenas ou l’icône onion dans la barre d’adresse, incluant https:// dans l’URL et affichant le nom attendu et approprié pour le site Web. Voir également le graphique interactif du FFÉ expliquant comment Tor et HTTPS sont liés.

N’ouvrez pas les documents téléchargés via Tor tant que vous êtes connectés

Le Navigateur Tor vous avertit avant d’ouvrir automatiquement les documents gérés par des applications externes. N’ignorez pas cet avertissement. Vous devez être très prudent lorsque vous téléchargez des documents via Tor (en particulier les fichiers DOC et PDF, sauf si vous utilisez le visualiseur PDF intégré au Navigateur Tor) car ces documents peuvent contenir des ressources Internet qui seront téléchargées en dehors de Tor par l’application qui les ouvre. Cela révélera votre adresse IP non-Tor. Si vous devez travailler avec des fichiers téléchargés via Tor, nous vous recommandons fortement d’utiliser soit un ordinateur déconnecté, soit d’utiliser dangerzone pour créer des fichiers PDF sûrs que vous pouvez ouvrir. Cependant, il n’est en aucun cas sûr d’utiliser BitTorrent et Tor ensemble.

Utiliser des ponts ou trouver de la compagnie

Tor essaie d’empêcher les attaquants de savoir à quels sites web de destination vous vous connectez. Cependant, par défaut, cela n’empêche pas quelqu’un qui surveille votre trafic Internet d’apprendre que vous utilisez Tor. Si cela vous importe, vous pouvez réduire ce risque en configurant Tor pour qu’un pont soit utilisé au lieu de vous connecter directement au réseau Tor. En fin de compte, la meilleure protection est une approche sociale : plus il y a d’utilisateurs de Tor près de chez vous et plus leurs intérêts sont divers, moins il sera dangereux que vous soyez l’un d’entre eux. Convaincre d’autres personnes d’utiliser Tor aussi !

Soyez intelligent et apprenez-en plus. Comprendre ce que Tor offre et n’offre pas. Cette liste de pièges n’est pas terminée, et nous avons besoin de votre aide pour identifier et documenter tous les problèmes.

En général, nous recommandons de ne pas utiliser un RPV avec Tor, à moins que vous ne soyez un utilisateur expérimenté qui sait configurer l’un et l’autre de manière à ne pas compromettre la confidentialité de vos données.

Plus de précisions sur Tor + RPV se trouvent dans notre wiki (page en anglais).

Le Navigateur Tor est actuellement proposé pour Windows, Linux et macOS.

There is a version of Tor Browser for Android and The Guardian Project also provides the Orbot app to route other apps on your Android device over the Tor network.

Il n’y a pas encore de version officielle de Tor pour iOS, bien que nous recommandions le Navigateur Onion (site en anglais, appli en français).

Il est fortement déconseillé d’installer de nouveaux modules complémentaires dans le Navigateur Tor, car ils peuvent compromettre la protection de vos données personnelles et votre sécurité.

L’installation de nouveaux modules complémentaires pourrait affecter le Navigateur Tor de façon imprévue et rendre l’empreinte de votre Navigateur Tor unique. Si l’empreinte de votre exemplaire du Navigateur Tor est unique, l’anonymat de vos activités de navigation peut être levé et vos activités peuvent être suivies à la trace même si vous utilisez le Navigateur Tor.

Essentiellement, les réglages et fonctions de chaque navigateur créent ce que l’on appelle une « empreinte de navigateur ». La plupart des navigateurs créent par inadvertance une empreinte unique pour chaque utilisateur, empreinte qui peut être suivie à la trace sur Internet. Le Navigateur Tor est spécifiquement conçu pour avoir une empreinte digitale presque identique (nous ne sommes pas parfaits !) chez tous ses utilisateurs. Cela signifie que chaque utilisateur du Navigateur Tor ressemble à tous les autres utilisateurs du Navigateur Tor, ce qui complique le suivi à la trace d’un utilisateur particulier.

Il est aussi fort possible qu’un nouveau module complémentaire augmente la surface d’attaque du Navigateur Tor. Cela pourrait permettre une fuite de données délicates et à un assaillant d’infecter le Navigateur Tor. Le module complémentaire même pourrait être conçu de façon malveillante pour vous espionner.

Le Navigateur Tor comprend déjà deux extensions préinstallées HTTPS partout et NoScript (sites en anglais), et ajouter quoi que ce soit d’autre pourrait vous faire perdre votre anonymat.

Voulez-vous en savoir plus sur le pistage par empreinte numérique unique des navigateurs ? Voici un article à ce sujet sur le blogue de Tor.

Le Navigateur Tor peut tout à fait aider les gens à accéder à votre site Web où il est bloqué. La plupart du temps, il suffit de télécharger le Navigateur Tor et de l’utiliser pour naviguer vers le site bloqué pour y accéder. Là où la censure est forte, de nombreuses options de contournement s’offrent à nous, dont les ​transports enfichables.

Pour plus de précisions, veuillez consulter la rubrique sur la censure du guide d’utilisation du Navigateur Tor.

Le Navigateur Tor empêche autrui de savoir quels sites vous visitez. Certaines entités, comme votre fournisseur d’accès à Internet (FAI), pourraient voir que vous utilisez Tor, mais elles ne pourraient pas connaître les destinations de votre navigation.

À propos de Tor

Le nom « Tor » peut désigner différentes composantes.

Tor est un programme que vous pouvez exécuter sur votre ordinateur et qui contribue à votre sécurité sur Internet. Il vous protège en faisant rebondir vos communications autour d’un réseau distribué de relais gérés par des bénévoles du monde entier : il empêche quelqu’un qui surveille votre connexion Internet de connaître les sites que vous visitez, et il empêche les sites que vous visitez de connaître votre emplacement physique. Cet ensemble de relais volontaires est appelé le réseau Tor.

La façon dont la plupart des gens utilisent Tor est avec le Navigateur Tor, qui est une version de Firefox qui corrige de nombreux problèmes de protection des renseignements personnels. Vous pouvez en lire plus sur Tor sur notre page about.

Le Projet Tor est un organisme sans but lucratif (charité) qui maintient et développe le logiciel Tor.

Tor est le réseau de routage en oignon. Quand nous commencions la conception de nouvelle génération et la mise en œuvre du routage en oignon en 2001, 2002, nous disions aux gens que nous travaillions sur le routage en oignon, et ils disaient « Super. Lequel ? » Même si l’expression « routage en oignon » fait partie du vocabulaire courant, Tor est né du projet du routage en oignon géré par le Laboratoire de recherche navale.

(Il a aussi une belle signification en allemand et en turc).

Note : Même s’il est provenu d’un acronyme à l’origine, Tor ne s’écrit pas « TOR ». Seule la première lettre est en majuscule. En fait, nous pouvons généralement repérer les personnes qui n’ont lu aucun de nos sites web (et qui ont plutôt appris tout ce qu’elles savent sur Tor à partir d’articles de presse) par le fait qu’elles l’orthographient mal.

Non, il ne les supprime pas. Vous devez utiliser un programme distinct qui comprend votre application et votre protocole et sait comment nettoyer ou "frotter" les données qu’il envoie. Le navigateur Tor essaie de garder les données au niveau de l’application, comme la chaîne de l’agent utilisateur, uniforme pour tous les utilisateurs. Cependant, le Navigateur Tor ne peut rien faire pour le texte que vous tapez dans les formulaires.

Un fournisseur de mandataire typique met en place un serveur quelque part sur Internet et vous permet de l’utiliser pour relayer votre trafic. Cela crée une architecture simple et facile à administrer. Les utilisateurs entrent et sortent tous par le même serveur. Le fournisseur peut facturer l’utilisation du mandataire, ou financer ses coûts par des publicités sur le serveur. C’est la configuration la plus simple, vous n’avez rien à installer. Il vous suffit de pointer votre navigateur vers leur serveur mandataire. Les fournisseurs de mandataire simples sont de bonnes solutions si vous ne voulez pas de protection de votre vie privée et de votre anonymat en ligne et si vous faites confiance au fournisseur pour ne pas faire de mauvaises choses. Certains fournisseurs de mandataire simples utilisent le protocole SSL pour sécuriser votre connexion vers eux, ce qui vous protège contre les écoutes électroniques locales, telles que celles dans un café qui offre un accès Wi-Fi gratuit à Internet.

Les simples fournisseurs de mandataire créent également un point d’échec unique. Le fournisseur d’accès sait à la fois qui vous êtes et ce que vous naviguez sur l’internet. Ils peuvent voir votre trafic lorsqu’il passe par leur serveur. Dans certains cas, ils peuvent même voir à l’intérieur de votre trafic chiffré lorsqu’ils le transmettent à votre site bancaire ou à des magasins de commerce électronique. Vous devez avoir confiance dans le fait que le fournisseur ne surveille pas votre trafic, n’injecte pas ses propres publicités dans votre flux de trafic et n’enregistre pas vos données personnelles.

Tor fait passer votre trafic par au moins 3 serveurs différents avant de l’envoyer à la destination. Comme il y a une couche de chiffrement séparée pour chacun des trois relais, quelqu’un qui surveille votre connexion Internet ne peut pas modifier, ou lire, ce que vous envoyez dans le réseau Tor. Votre trafic est chiffré entre le client Tor (sur votre ordinateur) et l’endroit où il sort ailleurs dans le monde.

Le premier serveur ne voit-il pas qui je suis ?

Possiblement. Un mauvais premier des trois serveurs peut voir le trafic Tor chiffré provenant de votre ordinateur. Il ne sait toujours pas qui vous êtes et ce que vous faites sur Tor. Il voit simplement "Cette adresse IP utilise Tor". Vous êtes toujours protégé contre ce nœud qui vous permet de savoir qui vous êtes et où vous allez sur l’internet.

Le troisième serveur ne peut pas voir mon trafic ?

Possiblement. Un mauvais tiers des trois serveurs peut voir le trafic que vous avez envoyé dans Tor. Il ne saura pas qui a envoyé ce trafic. Si vous utilisez le chiffrement (tel que HTTPS). Il ne connaîtra que la destination. Voir cette visualisation de Tor et HTTPS pour comprendre comment Tor et HTTPS interagissent.

Oui.

Les logiciels de Tor sont des logiciels libres (site en anglais). Cela signifie que nous vous accordons les droits de redistribuer les logiciels de Tor modifiés ou non, soit moyennant des frais soit gratuitement. Vous n’avez pas à nous demander de permission particulière.

Cependant, si vous souhaitez redistribuer les logiciels de Tor, vous devez respecter notre LICENCE (page en anglais). Cela signifie essentiellement que vous devez inclure notre fichier « LICENSE » avec toute partie des logiciels de Tor que vous distribuez.

La plupart des gens qui nous posent cette question ne veulent pas seulement distribuer le logiciel Tor, cependant. Ils veulent distribuer le Navigateur Tor. Cela inclut Version étendue du support de Firefox, et les extensions NoScript et HTTPS-Everywhere. Vous devrez également suivre la licence de ces programmes. Ces deux extensions Firefox sont distribuées sous la licence publique générale GNU, tandis que Firefox ESR est publié sous la licence publique Mozilla. La façon la plus simple de respecter leurs licences est d’inclure le code source de ces programmes partout où vous incluez les paquets eux-mêmes.

Aussi, vous devez vous assurer de ne pas confondre vos lecteurs sur ce qu’est Tor, qui le fabrique et quelles sont les propriétés qu’il fournit (et ne fournit pas). Voir notre FAQ sur les marques de commerce pour plus de détails.

Il existe de nombreux autres programmes que vous pouvez utiliser avec Tor, mais nous n’avons pas effectué de recherche assez poussée des problèmes d’anonymat au niveau de l’application sur chacun d’eux pour recommander une configuration sûre. Vous trouverez sur notre wiki une liste d’instructions gérée par la communauté afin de torifier des applications particulières. Ajoutez à cette liste et aidez-nous à la maintenir exacte !

La plupart des gens utilisent le Navigateur Tor, qui comprend tout ce dont vous avez besoin pour parcourir la Toile en toute sécurité en utilisant Tor. Il est dangereux et non recommandé d’utiliser Tor avec d’autres navigateurs.

Il n’y a absolument aucune porte dérobée dans Tor.

Nous connaissons des avocats brillants qui disent qu’il est peu probable que quelqu’un puisse essayer de nous en faire ajouter une dans notre territoire (É.-U.). Si l’on nous le demandait, nous nous battrions et, d’après les avocats, nous gagnerions probablement.

Nous n’ajouterons jamais de porte dérobée dans Tor. Nous pensons qu’aux yeux de nos utilisateurs, il serait terriblement irresponsable d’ajouter une porte dérobée dans Tor, et un mauvais précédent pour les logiciels de sécurité en général. Si jamais nous mettions délibérément une porte dérobée dans notre logiciel de sécurité, cela ruinerait notre réputation professionnelle. Personne ne fera plus jamais confiance à nos logiciels - pour d’excellentes raisons !

Cela dit, il existe un grand nombre d’attaques subtiles que des personnes pourraient tenter. Quelqu’un pourrait se faire passer pour nous ou s’introduire de force dans nos ordinateurs, ou quelque chose de la sorte. Tor est à code source ouvert et vous devriez toujours vérifier la présence de choses suspectes dans la source (ou au moins les différences depuis la dernière version). Si nous (ou les distributeurs qui vous ont donné Tor) ne vous donnons pas accès au code source, c’est un signe certain que quelque chose de drôle pourrait se passer. Vous devriez aussi contrôler les signatures PGP des versions afin de vous assurer que personne n’a altéré les sites de distribution.

De plus, des bogues accidentels dans Tor pourraient affecter votre anonymat. Nous trouvons et corrigeons régulièrement des bogues relatifs à l’anonymat. Aussi, assurez-vous de toujours garder vos versions de Tor à jour.

Navigateur Tor

La signature numérique est un processus qui garantit qu’un paquet précis a été généré par ses développeurs et n’a pas été altéré. Below we explain why it is important and how to verify that the Tor Browser you download is the one we have created and has not been modified by some attacker.

Chaque fichier sur notre page de téléchargement est accompagné d’un fichier étiqueté "signature" avec le même nom que le paquet et l’extension ".asc". Ces fichiers .asc sont des signatures OpenPGP. Ils vous permettent de confirmer que le fichier que vous avez téléchargé est exactement celui que nous vous voulions que vous obteniez. Cela peut varier d’un navigateur à l’autre, mais généralement vous pouvez télécharger ce fichier avec un clic-droit sur le lien "signature" et en sélectionnant l’option "Enregistrer en tant que".

Par exemple, torbrowser-install-win64-9.0_fr-US.exe est accompagné de torbrowser-install-win64-9.0_fr-US.exe.asc. Ce sont des exemples de noms de fichiers et ils ne correspondent pas exactement aux noms de fichiers que vous téléchargez.

Ci-dessous, nous vous expliquons comment vous pouvez, sur différents systèmes d’exploitation, confirmer la signature numérique du fichier téléchargé. Veuillez noter qu’une signature est datée dès que le paquet a été signé. Par conséquent, chaque fois qu’un nouveau fichier est téléversé, une nouvelle signature est générée avec une date différente. Tant que vous aurez confirmé la signature, vous ne devriez pas vous inquiéter si la date indiquée varie.

Installer de GnuPG

Avant tout, GnuPG doit être installé avant que vous puissiez confirmer les signatures.

Pour les utilisateurs de Windows :

Si vous utilisez Windows, téléchargez Gpg4win (site en anglais) et exécutez son programme d’installation.

Afin de confirmer la signature, vous devrez taper quelques commandes dans la ligne de commande de Windows, cmd.exe.

Pour les utilisateurs de macOS :

Si vous utilisez macOS, vous pouvez installer GPGTools.

Afin de confirmer la signature, vous devrez taper quelques commandes dans le terminal (dans « Applications »).

Pour les utilisateurs de GNU/Linux :

Si vous utilisez GNU/Linux, GnuPG se trouve déjà probablement sur votre système, car il est préinstallé sur la plupart des versions de Linux.

Afin de confirmer la signature, vous devrez taper quelques commandes dans une fenêtre de terminal. La façon de le faire peut varier en fonction de votre version.

Obtenir la clé des développeurs de Tor

L’équipe du Navigateur Tor signe les versions du Navigateur Tor. Importez la clé de signature des développeurs du Navigateur Tor (0xEF6E286DDA85EA2A4BA7DE684E2C6E8793298290) :

gpg --auto-key-locate nodefault,wkd --locate-keys torbrowser@torproject.org

Cela devrait vous afficher quelque chose telle que :

gpg: clef 4E2C6E8793298290 : clef publique « Tor Browser Developers (signing key) <torbrowser@torproject.org> » importée
gpg : Quantité totale traitée : 1
gpg:               importées : 1
pub   rsa4096 2014-12-15 [C] [expires: 2025-07-21]
      EF6E286DDA85EA2A4BA7DE684E2C6E8793298290
uid           [ inconnue] Tor Browser Developers (signing key) <torbrowser@torproject.org>
sub   rsa4096 2018-05-26 [S] [expires: 2020-12-19]

Si vous recevez un message d’erreur, c’est que quelque chose a mal tourné et vous ne pouvez pas poursuivre tant que vous n’avez pas compris pourquoi cela n’a pas fonctionné. Vous pouvez peut-être importer la clé en utilisant la section solution de rechange (using a public key) à la place.

Après avoir importé la clé, vous pouvez l’enregistrer vers un fichier (en l’identifiant par son empreinte ici) :

gpg --output ./tor.keyring --export 0xEF6E286DDA85EA2A4BA7DE684E2C6E8793298290

Ces résultats de commande dans la clé étant sauvegardés vers un fichier se trouvant dans le chemin ./tor.keyring, c’est-à-dire dans l'actuel répertoire. Si ./tor.keyring n’existe pas après avoir lancé cette commande, quelque chose a mal tourné et vous ne pouvez pas poursuivre tant que vous n’avez pas compris pourquoi cela n’a pas marché.

Confirmer la signature

Pour confirmer la signature du paquet que vous avez téléchargé, vous devez télécharger le fichier de signature « .asc » correspondant, ainsi que le fichier du programme d’installation même, et le confirmer à l’aide d’une commande qui demande à GnuPG de contrôler le fichier que vous avez téléchargé.

Les exemples ci-dessous supposent que vous avez téléchargé ces deux fichiers dans votre dossier « Téléchargements ». Notez que ces commandes utilisent des noms de fichiers d’exemple et que le vôtre sera différent : vous aurez téléchargé une version différente de la 9.0 et vous n’aurez peut-être pas choisi la version anglaise (en-US).

Pour les utilisateurs de Windows :

gpgv --keyring .\tor.keyring Downloads\torbrowser-install-win64-9.0_en-US.exe.asc Downloads\torbrowser-install-win64-9.0_en-US.exe

Pour les utilisateurs de macOS :

gpgv --keyring ./tor.keyring ~/Téléchargements/TorBrowser-9.0-osx64_en-US.dmg.asc ~/Téléchargements/TorBrowser-9.0-osx64_en-US.dmg

Pour les utilisateurs de GNU/Linux (changez 64 en 32 si vous avez le paquet 32 bits) :

gpgv --keyring ./tor.keyring ~/Téléchargements/tor-browser-linux64-9.0_en-US.tar.xz.asc ~/Téléchargements/tor-browser-linux64-9.0_en-US.tar.xz

Le résultat de la commande devrait produire quelque chose comme ceci :

gpgv: Signature faite le lun 08 jui 2019 07:06:17 EDT
gpgv:                avec la clef RSA EB774491D9FF06E2
gpgv: Bonne signature de « Tor Browser Developers (signing key) <torbrowser@torproject.org> »

Si vous obtenez des messages d’erreur contenant "Aucun fichier ou répertoire de ce type", soit quelque chose s’est mal passé lors d’une des étapes précédentes, soit vous avez oublié que ces commandes utilisent des noms de fichiers d’exemple et le vôtre sera un peu différent.

Solution de rechange (utilisation d’une clé publique)

Si vous rencontrez des erreurs que vous ne pouvez pas corriger, n’hésitez pas à télécharger et utiliser cette clé publique à la place. Vous pouvez également utiliser la commande suivante :

curl -s https://openpgpkey.torproject.org/.well-known/openpgpkey/torproject.org/hu/kounek7zrdx745qydx6p59t9mqjpuhdf |gpg --import -

Tor Browser Developers key is also available on keys.openpgp.org and can be downloaded from https://keys.openpgp.org/vks/v1/by-fingerprint/EF6E286DDA85EA2A4BA7DE684E2C6E8793298290. Si vous utilisez MacOS ou GNU/Linux, la clé peut donc être récupérée en exécutant la commande suivante :
$ gpg --keyserver keys.openpgp.org --search-keys torbrowser@torproject.org

Vous voudrez peut-être aussi en apprendre davantage sur GnuPG (site en anglais).

Le fichier que vous téléchargé et exécuté vous demande un dossier de destination. Si vous ne vous souvenez pas de cette destination, il s’agit très probablement de votre dossier Téléchargements ou Bureau.

Le paramètre par défaut du programme d’installation pour Windows crée aussi un raccourci pour vous sur votre bureau, mais il est possible que vous ayez accidentellement décoché l’option pour créer un raccourci.

Si vous ne le trouvez pas dans l’un de ces dossiers, retéléchargez-le et cherchez le message qui vous invite à choisir un répertoire dans lequel le télécharger. Choisissez un répertoire dont vous vous souviendrez facilement, et une fois que le téléchargement sera terminé, vous devriez y voir un dossier « Tor Browser ».

Quand nous publions une nouvelle version stable du Navigateur Tor, nous rédigeons un article de blogue qui explique en détail ses nouvelles fonctions et ses problèmes connus. Si vous avez commencé à éprouver des problèmes avec votre Navigateur Tor à la suite d’une mise à jour, veuillez consulter l’article concernant la plus récente version stable du Navigateur Tor sur blog.torproject.org (page en anglais) pour voir si votre problème y est mentionné. Si votre problème n'est pas listé ici, veuillez regarder en premier le système de suivi des problèmes du Navigateur Tor et de créer un problème GitLab sur ce qui vous arrive.

We want everyone to be able to enjoy Tor Browser in their own language. Tor Browser is now available in 36 different languages, and we are working to add more. Want to help us translate? Become a Tor translator!

You can also help us in testing the next languages we will release, by installing and testing Tor Browser Alpha releases.

Non, le Navigateur Tor est un logiciel à code source ouvert et il est gratuit. Tout navigateur qui vous force à payer et qui prétend être le Navigateur Tor est une contrefaçon. Pour être sûr de télécharger la bonne version du Navigateur Tor, visitez notre page de téléchargement. Après le téléchargement, vous pouvez être sûr d’avoir la version officielle du Navigateur Tor en confirmant la signature. Si vous n’êtes pas en mesure d’accéder à notre site internet, alors visitez notre section censure pour obtenir les informations à propos des alternatives pour télécharger le Navigateur Tor.

Vous pouvez signaler les contrefaçons du Navigateur Tor à frontdesk@torproject.org

Le Navigateur Tor est actuellement proposé pour Windows, Linux et macOS.

There is a version of Tor Browser for Android and The Guardian Project also provides the Orbot app to route other apps on your Android device over the Tor network.

Il n’y a pas encore de version officielle de Tor pour iOS, bien que nous recommandions le Navigateur Onion (site en anglais, appli en français).

Nous n’offrons malheureusement pas encore de version du Navigateur Tor pour Chrome OS. Vous pouvez utiliser Navigateur Tor pour Android sur Chrome OS. Notez qu’en utilisant Tor Mobile sur Chrome OS, vous pourrez voir les versions mobiles (et non de bureau) des sites web. Cependant, comme nous n’avons pas audité l’application dans Chrome OS, nous ne savons pas si toutes les fonctionnalités de confidentialité de Tor Browser pour Android fonctionneront bien.

Désolé, mais il n’y a actuellement aucune prise en charge officielle pour exécuter le Navigateur Tor sur *BSD. Il y a quelque chose appelé le projet TorBSD, mais leur navigateur Tor n’est pas officiellement supporté.

L’utilisation du Navigateur Tor peut parfois s’avérer plus lente qu’avec d’autres navigateurs. Le réseau Tor compte plus d’un million d’utilisateurs par jour, et un peu plus de 6000 relais pour acheminer tout leur trafic, et la charge sur chaque serveur peut parfois provoquer des latences. Et, par conception, votre trafic rebondit sur les serveurs des volontaires dans différentes parties du monde, et certains goulots d’étranglement et la latence du réseau seront toujours présents. Vous pouvez aider à améliorer la vitesse du réseau en exécutant votre propre relais ou en encourageant les autres à le faire. Pour une réponse beaucoup plus approfondie, voir le post du blog de Roger sur le sujet et Tor’s Open Research Topics : 2018 edition sur la performance du réseau. Cela dit, Tor est beaucoup plus rapide qu’auparavant et vous ne remarquerez peut-être aucun ralentissement par rapport aux autres navigateurs.

Bien que ces deux approches puissent laisser entendre le contraire, le "mode Incognito" et les "onglets privés" ne vous rendent pas anonyme sur Internet. Ils effacent toutes les informations de votre machine relatives à la session de navigation après leur fermeture, mais n’ont aucune mesure en place pour cacher votre activité ou votre empreinte numérique en ligne. Cela signifie qu’un observateur peut capter votre trafic aussi facilement que n’importe quel navigateur ordinaire.

Le navigateur Tor offre toutes les fonctionnalités amnésiques des onglets privés tout en cachant l’IP source, les habitudes de navigation et les détails d’un appareil qui peut être utilisé pour prendre les empreintes numériques de l’activité sur le web, permettant une session de navigation véritablement privée qui est totalement obscurcie de bout en bout.

Pour plus de précisions sur les limitations du mode Incognito et des onglets privés, voir l’article de Mozilla sur Mythes courants sur la navigation privée.

Il existe des méthodes pour définir le Navigateur Tor comme navigateur par défaut, mais ces méthodes peuvent ne pas fonctionner systématiquement ou avec tous les systèmes d’exploitation. Le Navigateur Tor s’efforce de s’isoler du reste de votre système et les étapes pour le rendre navigateur par défaut ne sont pas fiables. Cela signifie que parfois un site Web se chargerait dans le Navigateur Tor, et parfois il se chargerait dans un autre navigateur. Ce type de comportement peut être dangereux et casser l’anonymat.

Nous recommandons fortement de ne pas utiliser Tor avec un navigateur autre que le Navigateur Tor. Utiliser Tor avec un autre navigateur pourrait vous rendre vulnérable, sans la confidentialité ni la protection des données personnelles offertes par le Navigateur Tor.

Vous pouvez assurément utiliser un autre navigateur alors que vous utilisez aussi le Navigateur Tor. Néanmoins, sachez que les propriétés de confidentialité et de protection des données personnelles du Navigateur Tor ne seront pas présentes dans l’autre navigateur. Soyez prudent en basculant entre Tor et un navigateur moins sûr, car vous pourriez accidentellement utiliser l’autre navigateur pour quelque chose que vous pensiez faire en utilisant Tor.

Si vous utilisez le Navigateur Tor et un autre navigateur en même temps, cela n’affectera ni les performances ni les propriétés de protection de la vie privée et des données personnelles de Tor. Gardez cependant à l’esprit que votre autre navigateur n’assure pas la confidentialité de votre activité, et vous pourriez par accident utiliser cet autre navigateur non confidentiel pour une utilisation que vous destiniez au Navigateur Tor.

Seul le trafic du Navigateur Tor sera acheminé par le réseau Tor. Les connexions de toutes les autres applications sur votre système (dont les autres navigateurs) ne seront pas acheminées par le réseau Tor ni ne seront protégées. Elles doivent être configurées séparément pour utiliser Tor. Si vous avez besoin d’être sûr que tout le trafic passera par le réseau Tor, jetez un oeil au système d’exploitation Tails autonome que vous pouvez lancer sur presque tous les ordinateurs à partir d’une clé USB ou d’un DVD.

Nous ne recommandons pas d’exécuter le Navigateur Tor plusieurs fois en même temps, ce qui pourrait, sur plusieurs plateformes, ne pas fonctionner comme souhaité.

Le Navigateur Tor est développé à partir de Firefox ESR, (page en anglais) et il est donc possible que des erreurs concernant Firefox surviennent. Veuillez vous assurer qu’un autre Navigateur Tor n’est pas en cours d’exécution et que vous avez extrait le Navigateur Tor dans un emplacement pour lequel votre utilisateur détient les bons droits. If you are running an anti-virus, please see My antivirus/malware protection is blocking me from accessing Tor Browser, it is common for anti-virus/anti-malware software to cause this type of issue.

Le Navigateur Tor est une version modifiée de Firefox conçue spécifiquement pour être utilisée avec Tor. De grands efforts ont été déployés pour concevoir le Navigateur Tor, dont l’utilisation de correctifs supplémentaires pour améliorer la confidentialité, la protection des données personnelles et la sécurité. Bien qu’il soit techniquement possible d’utiliser Tor avec d’autres navigateurs, vous pourriez vous exposer à des attaques potentielles ou à des fuites de renseignements. Apprenez en plus sur le design du Navigateur Tor.

Les marque-pages, dans le Navigateur Tor, peuvent être exportés, importés, sauvegardés, restaurés et aussi importés depuis un autre navigateur. Pour gérer vos marque-pages dans le Navigateur Tor, allez à :

  • Menu hamburger >> Bibliothèque >> Marque-pages >> Afficher tous les marques-pages (en bas du menu)
  • Depuis la barre d’outil sur la fenêtre Bibliothèque, cliquez sur Importation et sauvegarde

Si vous souhaitez exporter les marque-pages

  • Choisissez Exporter des marques-pages au format HTML
  • Dans la fenêtre d’export de marque-pages qui s’ouvre, choisissez un emplacement pour enregistrer le fichier, qui est nommé bookmarks.html par défaut. Le bureau est généralement un bon endroit, mais tout endroit facile à retenir fonctionnera.
  • Cliquez sur le bouton Enregistrer. La fenêtre d’export des marque-pages va se fermer.
  • Fermez la fenêtre de Bibliothèque.

Vos marque-pages sont maintenant exportés avec succès depuis le Navigateur Tor. Le fichier HTML des marque-pages que vous avez enregistré est maintenant prêt à être importé dans un autre navigateur Web.

Si vous souhaitez importer les marque-pages

  • Choisissez Importer des marque-pages au format HTML
  • Dans la fenêtre d’import des marque-pages qui s’est ouverte, naviguez jusqu’au fichier HTML de marque-pages que vous souhaitez importer et sélectionnez le fichier.
  • Cliquez sur le bouton Ouvrir. La fenêtre d’import de marque-pages va se fermer.
  • Fermez la fenêtre de Bibliothèque.

Les marque-pages dans le fichier HTML sélectionné seront ajoutés à votre Navigateur Tor dans le Menu marque-pages.

Si vous souhaitez sauvegarder

  • Sélectionner Sauvegarder – Une nouvelle fenêtre s’ouvrira et vous devrez choisir l’emplacement où enregistrer le fichier. L’extension du fichier est .json

Si vous souhaitez restaurer

  • Choisissez Restaurer puis sélectionnez le fichier de marque-pages que vous souhaitez restaurer.
  • Cliquez sur Ok dans la boîte pop-up qui apparait et hourra, vous venez de restaurer votre sauvegarde de marque-pages.

Importer les données depuis un autre navigateur

Les marques-pages peuvent être transférés depuis Firefox vers le Navigateur Tor. Il y a deux façons d’exporter et d’importer les marques-pages dans Firefox : fichier HTML ou fichier JSON. Après avoir exporté les données de votre navigateur, suivez les instructions ci-dessus pour importer le fichier de marque-pages dans votre Navigateur Tor.

Note : Actuellement, sur le Navigateur Tor sur Android, il n'y a pas de bonne manière d'exporter et importer des marque-pages. Bogue #31617

Lorsque votre navigateur Tor est ouvert, vous pouvez naviguer vers le menu hamburger ("≡"), puis cliquez sur "Préférences", et enfin sur "Tor" dans la barre latérale. Au bas de la page, à côté du texte « Voir les journaux Tor », cliquez sur le bouton « Voir les journaux... ». Vous devriez voir une option permettant de copier le journal dans votre presse-papiers, que vous pourrez coller dans un éditeur de texte ou un client de messagerie électronique.

Sinon, sur GNU/Linux, pour voir les journaux directement depuis le terminal, allez au répertoire du navigateur Tor et lancer le navigateur Tor depuis la ligne de commande en exécutant :

./start-tor-browser.desktop --verbose

or to save the logs to a file (default: tor-browser.log)

./start-tor-browser.desktop --log [file]

Le Navigateur Tor, dans son mode par défaut, commence avec une fenêtre de contenu arrondie à un multiple de 200px x 100px pour éviter le pistage par empreinte numérique unique des dimensions de l’écran. La stratégie consiste ici à mettre tous les utilisateurs dans un ou deux seaux pour qu’il soit plus difficile de les distinguer. Cela fonctionne jusqu’à ce que les utilisateurs commencent à redimensionner leurs fenêtres (p. ex. en les maximisant ou en passant en mode plein écran). Tor Browser ships with a fingerprinting defense for those scenarios as well, which is called Letterboxing, a technique developed by Mozilla and presented in 2019. Il fonctionne en ajoutant des marges blanches à une fenêtre de navigateur de sorte que la fenêtre soit aussi proche que possible de la taille désirée pendant que les utilisateurs sont encore dans quelques seaux de taille d’écran qui empêchent de les distinguer à l’aide des dimensions de l’écran.

En termes simples, cette technique permet de constituer des groupes d’utilisateurs de certaines tailles d’écran, ce qui rend plus difficile l’identification des utilisateurs sur la base de la taille de l’écran, car de nombreux utilisateurs auront la même taille d’écran.

letterboxing

Le Navigateur Tor peut tout à fait aider les gens à accéder à votre site Web où il est bloqué. La plupart du temps, il suffit de télécharger le Navigateur Tor et de l’utiliser pour naviguer vers le site bloqué pour y accéder. Là où la censure est forte, de nombreuses options de contournement s’offrent à nous, dont les ​transports enfichables.

Pour plus de précisions, veuillez consulter la rubrique sur la censure du guide d’utilisation du Navigateur Tor.

Les sites Web bloqueront parfois les utilisateurs de Tor parce qu’ils ne peuvent pas faire la différence entre l’utilisateur de Tor moyen et le trafic automatisé. Les meilleurs résultats pour débloquer l’accès des utilisateurs de Tor à un site donné ont été obtenus en demandant aux utilisateurs de contacter directement les administrateurs du site en question. Ce qui suit pourrait suffire :

« Bonjour ! J’ai essayé d’accéder à votre site xyz.com en utilisant le Navigateur Tor et j’ai découvert que vous ne permettez pas aux utilisateurs de Tor d’y accéder. Je vous prie instamment de reconsidérer votre décision ; dans le monde entier, des personnes utilisent Tor pour protéger leur vie privée et leurs données personnelles, mais aussi pour combattre la censure. En bloquant les utilisateurs de Tor, vous bloquez vraisemblablement des personnes situées dans des pays où règne la répression et qui souhaitent utiliser un Internet libre, des journalistes et des chercheurs qui ne veulent pas être découverts, des lanceurs d’alerte, des activistes et des personnes ordinaires qui ne veulent pas être suivis à la trace par des tiers invasifs. Veuillez adopter une position forte qui privilégie la confidentialité numérique, la protection des données personnelles et la liberté sur Internet, et permettre aux utilisateurs de Tor d’accéder à xyz.com. Merci. »

Dans le cas de banques ou autres sites Web sensibles, il est aussi habituel de constater un blocage d’après la position géographique (si une banque sait que vous accédez habituellement à ses services à partir d’un pays et que vous vous connectez soudainement à partir d’un relais de sortie situé de l’autre côté de la planète, votre compte pourrait être verrouillé ou suspendu).

If you are unable to connect to an onion service, please see I cannot reach X.onion!.

Les sites Web bloqueront parfois les utilisateurs de Tor parce qu’ils ne peuvent pas faire la différence entre l’utilisateur de Tor moyen et le trafic automatisé. Les meilleurs résultats pour débloquer l’accès des utilisateurs de Tor à un site donné ont été obtenus en demandant aux utilisateurs de contacter directement les administrateurs du site en question. Ce qui suit pourrait suffire :

« Bonjour ! J’ai essayé d’accéder à votre site xyz.com en utilisant le Navigateur Tor et j’ai découvert que vous ne permettez pas aux utilisateurs de Tor d’y accéder. Je vous prie instamment de reconsidérer votre décision ; dans le monde entier, des personnes utilisent Tor pour protéger leur vie privée et leurs données personnelles, mais aussi pour combattre la censure. En bloquant les utilisateurs de Tor, vous bloquez vraisemblablement des personnes situées dans des pays où règne la répression et qui souhaitent utiliser un Internet libre, des journalistes et des chercheurs qui ne veulent pas être découverts, des lanceurs d’alerte, des activistes et des personnes ordinaires qui ne veulent pas être suivis à la trace par des tiers invasifs. Veuillez adopter une position forte qui privilégie la confidentialité numérique, la protection des données personnelles et la liberté sur Internet, et permettre aux utilisateurs de Tor d’accéder à xyz.com. Merci. »

Dans le cas de banques ou autres sites Web sensibles, il est aussi habituel de constater un blocage d’après la position géographique (si une banque sait que vous accédez habituellement à ses services à partir d’un pays et que vous vous connectez soudainement à partir d’un relais de sortie situé de l’autre côté de la planète, votre compte pourrait être verrouillé ou suspendu).

If you are unable to connect to an onion service, please see I cannot reach X.onion!.

Le Navigateur Tor fait souvent en sorte que votre connexion semble venir d’un endroit complètement différent de la planète. Certains sites Web tels que les banques ou les services de courriel pourraient l’interpréter comme un signe que votre compte a été compromis et, par conséquent, vous bloquer.

La seule manière de résoudre cette situation est de suivre la procédure de récupération du compte recommandée par le site ou d’en contacter les opérateurs et d’expliquer la situation.

Vous pourriez éviter ce scénario si votre fournisseur de services propose l’authentification à deux facteurs, qui est une option de sécurité bien meilleure que les réputations d’après l’adresse IP. Contactez votre fournisseur de services et demandez-lui s’il propose l’A2F.

Parfois, les sites Web qui font beaucoup appel à JavaScript peuvent éprouver des problèmes fonctionnels si l’on y accède par le Navigateur Tor. La solution la plus simple est de cliquer sur l’icône Sécurité (le petit bouclier gris en haut à droite de l’écran), puis à cliquer sur "Paramètres de sécurité avancés ..." Réglez votre niveau de sécurité à « Normal ».

Most antivirus or malware protection allows the user to "allowlist" certain processes that would otherwise be blocked. Please open your antivirus or malware protection software and look in the settings for a "allowlist" or something similar. Excluez ensuite les processus suivants :

  • Pour Windows
    • firefox.exe
    • tor.exe
    • obfs4proxy.exe (si vous utilisez des ponts)
  • Pour macOS
    • TorBrowser
    • tor.real
    • obfs4proxy (si vous utilisez des ponts)

Enfin, redémarrez le Navigateur Tor. Cela devrait résoudre les problèmes que vous rencontrez. Veuillez noter que certains antivirus, tels que Kaspersky, peuvent aussi bloquer Tor au niveau du pare-feu.

Certains logiciels antivirus afficheront des avertissements de programme malveillant ou de vulnérabilité lors du démarrage du Navigateur Tor. Si vous avez téléchargé le Navigateur Tor depuis notre site principal ou utilisé GetTor, et confirmé, il s’agit de faux positifs et vous n’avez rien à craindre. Certains antivirus considèrent que les fichiers qui n’ont pas été vus par un grand nombre d’utilisateurs sont suspects. Pour vous assurer que le programme Tor que vous téléchargez est bien celui que nous avons créé et n’a pas été modifié par un attaquant, vous pouvez confirmer la signature du Navigateur Tor. You may also want to permit certain processes to prevent antiviruses from blocking access to Tor Browser.

You might be on a network that is blocking the Tor network, and so you should try using bridges. Some bridges are built in to Tor Browser and requires only a few steps to enable it. When you open Tor Browser for the first time, click "Tor Network Settings". Under the "Bridges" section, select the checkbox "Use a bridge", and choose the "Select a built-in bridge" option. From the dropdown, select whichever pluggable transport you'd like to use. Once you've selected the pluggable transport, scroll up and click "Connect" to save your settings.

Or, if you have Tor Browser running, click on "Preferences" (or "Options" on Windows) in the hamburger menu (≡) and then on "Tor" in the sidebar. In the "Bridges" section, select the checkbox "Use a bridge", and from the option "Select a built-in bridge", choose whichever pluggable transport you'd like to use from the dropdown. Your settings will automatically be saved once you close the tab.

Si vous avez besoin d’autres ponts, vous pouvez les obtenir sur notre site Web de ponts. Pour plus de précisions au sujet des ponts, consultez le guide d’utilisation du Navigateur Tor.

L’un des problèmes les plus courants qui entraîne des erreurs de connexion du Navigateur Tor est une horloge système qui n’est pas à l’heure. Veuillez vous assurer que votre horloge système et votre fuseau horaire sont réglés avec précision. Si cela ne corrige pas le problème, consultez la page Dépannage sur le guide d’utilisation du Navigateur Tor.

Parfois, après avoir utilisé Gmail avec Tor, Google affiche un pop-up disant que votre compte peut être compromis. La fenêtre de notification liste une série d'adresses IP et de localisations à travers le monde qui ont été récemment utilisées pour accéder à votre compte.

In general, this is a false alarm: Google saw a bunch of logins from different places, as a result of running the service via Tor, and decided it was a good idea to confirm the account was being accessed by its rightful owner.

Even though this may be a byproduct of using the service via Tor, that doesn't mean you can entirely ignore the warning. It is probably a false positive, but it might not be since it is possible for someone to hijack your Google cookie.

Cookie hijacking is possible by either physical access to your computer or by watching your network traffic. En théorie, seul un accès physique devrait compromettre votre système, car Gmail et les services semblables ne devraient envoyer le témoin que par une connexion SSL. In practice, alas, it's way more complex than that.

And if somebody did steal your Google cookie, they might end up logging in from unusual places (though of course they also might not). So the summary is that since you're using Tor Browser, this security measure that Google uses isn't so useful for you, because it's full of false positives. You'll have to use other approaches, like seeing if anything looks weird on the account, or looking at the timestamps for recent logins and wondering if you actually logged in at those times.

More recently, Gmail users can turn on 2-Step Verification on their accounts to add an extra layer of security.

C'est un problème connu et intermittent ; cela ne veut pas dire que Google considère Tor comme un logiciel espion.

Lorsque vous utilisez Tor, vous envoyez des requêtes à travers des relais de sortie qui sont donc partagés par des milliers d'autres utilisateurs. Les utilisateurs de Tor voient typiquement ce message quand beaucoup d'utilisateurs Tor envoient des requêtes à Google dans une période restreinte. Google interprète ce grand volume de trafic d'une seule adresse IP (le relais de sortie que vous avez choisi) comme si quelqu'un essayer "d'explorer" leur site Web, donc cela ralentit le trafic de cette adresse IP pour un petit temps.

Vous pouvez essayer de changer le circuit pour ce site pour accéder au site Web avec une adresse IP différente.

An alternate explanation is that Google tries to detect certain kinds of spyware or viruses that send distinctive queries to Google Search. It notes the IP addresses from which those queries are received (not realizing that they are Tor exit relays), and tries to warn any connections coming from those IP addresses that recent queries indicate an infection.

To our knowledge, Google is not doing anything intentionally specifically to deter or block Tor use. The error message about an infected machine should clear up again after a short time.

Malheureusement, certains sites Web affichent des Captchas aux utilisateurs de Tor et nous ne pouvons pas supprimer les Captchas des sites Web. La meilleure chose à faire dans ce cas est de contacter les propriétaires du site Web et de les informer que leurs Captchas empêchent des utilisateurs tels que vous d’utiliser leurs services.

Google utilise la "géolocalisation" pour déterminer où vous êtes dans le monde, afin de vous donner une expérience personnalisée. Cela inclut l'utilisation de la langue qu'il pense que vous préférez, et cela inclut aussi des différents résultats pour vos requêtes.

Si vous voulez vraiment avoir Google en anglais vous pouvez cliquer le lien qui le permet. Mais avec Tor nous considérons ceci comme une fonction, pas un bogue --- Internet n'est pas plat, en fait il semble différent selon où vous êtes. Et cette fonction le rappelle aux utilisateurs.

Note that Google search URLs take name/value pairs as arguments and one of those names is "hl". If you set "hl" to "en" then Google will return search results in English regardless of what Google server you have been sent to. The changed link might look like this:

https://encrypted.google.com/search?q=online%20anonymity&hl=en

Une autre méthode est simplement d'utiliser l'indicatif de pays en accédant à Google. Cela peut être google.be, google.de, google.us, etc.

Si vous utilisez le Navigateur Tor, personne ne peut voir les sites que vous visitez. Cependant, votre fournisseur de services ou vos administrateurs de réseau pourraient voir que vous vous connectez au réseau Tor, bien qu’ils ne sachent pas ce que vous y faites.

Le Navigateur Tor empêche autrui de savoir quels sites vous visitez. Certaines entités, comme votre fournisseur d’accès à Internet (FAI), pourraient voir que vous utilisez Tor, mais elles ne pourraient pas connaître les destinations de votre navigation.

DuckDuckGo est le moteur de recherche par défaut dans le Navigateur Tor. DuckDuckGo ne suit pas à la trace ses utilisateurs et ne stocke aucune donnée sur les recherches des utilisateurs. Pour en savoir plus sur la politique de confidentialité de DuckDuckGo.

Avec la parution du Navigateur Tor 6.0.6, DuckDuckGo est devenu le moteur de recherche principal. Depuis un certain temps, Disconnect, qui était auparavant utilisé dans le Navigateur Tor, n’a plus accès aux résultats de recherche de Google. Since Disconnect is more of a meta search engine, which allows users to choose between different search providers, it fell back to delivering Bing search results, which were basically unacceptable quality-wise. DuckDuckGo n'archive, ne collecte ou ne partage aucune information personnelle ou historique de recherche de leurs utilisateurs, et est donc le mieux positionné en termes de protection des renseignements personnels. La plupart des autres moteurs de recherche stockent vos recherches avec d'autres informations comme l'estampille temporelle, votre adresse IP, et vos informations de compte si vous êtes connecté.

Veuillez consulter le portail de soutien DuckDuckGo. Si vous croyez que problème provient du Navigateur Tor, veuillez le signaler sur notre système de suivi des problèmes

Le Navigateur Tor propose deux façons de changer votre circuit de relais : « Nouvelle identité » et « Nouveau circuit Tor pour ce site ». Les deux options sont situées dans le menu hamburger ("≡"). Vous pouvez donc accéder à l'option Nouveau Circuit dans le menu d'information du site dans la barre d'URL, et à l'option Nouvelle Identité en cliquant sur la petite icône de balai scintillant en haut à droite de l'écran.

Nouvelle identité

Cette option est utile si vous souhaitez empêcher que votre activité ultérieure de navigation soit associée à ce que vous faisiez auparavant.

Sélectionner cette option fermera tous vos onglets et fenêtres, effacera vos renseignements personnels tels que vos témoins et votre historique de navigation, et utilisera de nouveaux circuits Tor pour toutes vos connexions.

Le Navigateur Tor vous avertira que tous téléchargements et activité seront arrêtés, prenez-le donc en compte avant de cliquer sur « Nouvelle Identité ».

Menu du Navigateur Tor

New Tor Circuit for this Site

Cette option est utile si le relais de sortie que vous utilisez n’arrive pas à se connecter au site Web que vous demandez ou ne le charge pas correctement. En la sélectionnant, la fenêtre ou l’onglet actif sera rechargé sur un nouveau circuit Tor.

Les autres fenêtres et onglets ouverts du même site Web utiliseront aussi le nouveau circuit une fois qu’ils seront rechargés.

Cette option n’efface aucun renseignement personnel, ni ne dissocie votre activité, ni n’affectera vos connexions actuelles à d’autres sites Web.

Nouveau circuit pour ce site

L’utilisation du Navigateur Tor ne vous fait pas agir en tant que relais dans le réseau. Cela signifie que votre ordinateur ne sera pas utilisé pour acheminer le trafic d’autrui. Si vous voulez devenir un relais, veuillez regarder notre Guide du relais Tor.

C’est un comportement normal de Tor. Le premier relais de votre circuit est appelé « garde d’entrée » ou « de garde ». Il s’agit d’un relais rapide et stable qui reste le premier relais de votre circuit pendant 2 à 3 mois afin de vous protéger contre une attaque de rupture d’anonymat connue. Le reste de votre circuit change pour chaque nouveau site Web que vous visitez. Ensemble, ces relais fournissent la protection complète de la vie privée et des données personnelles offerte par Tor. Pour plus de précisions sur le fonctionnement des relais de garde, voir ce billet de blog et papier sur les gardes d’entrée.

Dans le Navigateur Tor, chaque nouveau domaine obtient son propre circuit. The Design and Implementation of Tor Browser document further explains the thinking behind this design.

Il est fortement déconseillé de changer la façon dont Tor crée ses circuits. Vous obtenez la meilleure sécurité que Tor peut fournir lorsque vous laissez le choix de l’itinéraire à Tor ; outrepasser les nœuds d’entrée/sortie peut compromettre votre anonymat. Si votre objectif est simplement de pouvoir accéder à des ressources qui ne sont proposées que dans un pays, vous pouvez envisager d’utiliser un RPV au lieu de Tor. Veuillez noter que les RPV n’offrent pas les mêmes propriétés de protection de la vie privée et des données personnelles que Tor, mais ils aideront à résoudre certains problèmes de restriction liés à la position géographique.

WARNING: Do NOT follow random advice instructing you to edit your torrc! Doing so can allow an attacker to compromise your security and anonymity through malicious configuration of your torrc.

Tor uses a text file called torrc that contains configuration instructions for how Tor should behave. The default configuration should work fine for most Tor users (hence the warning above.)

To find your Tor Browser torrc, follow the instructions for your operating system below.

Sur Windows ou Linux :

  • The torrc is in the Tor Browser Data directory at Browser/TorBrowser/Data/Tor inside your Tor Browser directory.

Sur macOS :

  • The torrc is in the Tor Browser Data directory at ~/Library/Application Support/TorBrowser-Data/Tor.
  • Notez que le dossier Bibliothèque est caché sur les versions les plus récentes de macOS. Pour naviguer vers ce dossier dans Finder, sélectionnez « Aller au dossier… » dans le menu « Aller ».
  • Then type "~/Library/Application Support/" in the window and click Go.

Fermez le Navigateur Tor avant de modifier votre torrc, sinon le Navigateur Tor peut effacer vos modifications. Certaines options n'affecteront pas le navigateur puisqu'il les remplace par des options de ligne de commande lorsqu'il démarre Tor.

Have a look at the sample torrc file for hints on common configurations. For other configuration options you can use, see the Tor manual page. Remember, all lines beginning with # in torrc are treated as comments and have no effect on Tor's configuration.

Il est fortement déconseillé d’installer de nouveaux modules complémentaires dans le Navigateur Tor, car ils peuvent compromettre la protection de vos données personnelles et votre sécurité.

L’installation de nouveaux modules complémentaires pourrait affecter le Navigateur Tor de façon imprévue et rendre l’empreinte de votre Navigateur Tor unique. Si l’empreinte de votre exemplaire du Navigateur Tor est unique, l’anonymat de vos activités de navigation peut être levé et vos activités peuvent être suivies à la trace même si vous utilisez le Navigateur Tor.

Essentiellement, les réglages et fonctions de chaque navigateur créent ce que l’on appelle une « empreinte de navigateur ». La plupart des navigateurs créent par inadvertance une empreinte unique pour chaque utilisateur, empreinte qui peut être suivie à la trace sur Internet. Le Navigateur Tor est spécifiquement conçu pour avoir une empreinte digitale presque identique (nous ne sommes pas parfaits !) chez tous ses utilisateurs. Cela signifie que chaque utilisateur du Navigateur Tor ressemble à tous les autres utilisateurs du Navigateur Tor, ce qui complique le suivi à la trace d’un utilisateur particulier.

Il est aussi fort possible qu’un nouveau module complémentaire augmente la surface d’attaque du Navigateur Tor. Cela pourrait permettre une fuite de données délicates et à un assaillant d’infecter le Navigateur Tor. Le module complémentaire même pourrait être conçu de façon malveillante pour vous espionner.

Le Navigateur Tor comprend déjà deux extensions préinstallées HTTPS partout et NoScript (sites en anglais), et ajouter quoi que ce soit d’autre pourrait vous faire perdre votre anonymat.

Voulez-vous en savoir plus sur le pistage par empreinte numérique unique des navigateurs ? Voici un article à ce sujet sur le blogue de Tor.

Flash est désactivé dans le Navigateur Tor et nous vous recommandons de ne pas l’activer. Nous pensons qu’il est dangereux d’utiliser Flash dans n’importe quel navigateur. C’est un logiciel très mal sécurisé qui peut aisément compromettre votre vie privée et vos données personnelles ou vous exposer à des programmes malveillants. Heureusement, la plupart des sites Web, appareils et autres navigateurs renoncent à utiliser Flash.

You can set Proxy IP address, port, and authentication information in Tor Browser's Network Settings. If you're using Tor another way, check out the HTTPProxy and HTTPSProxy config options in the manual page, and modify your torrc file accordingly. You will need an HTTP proxy for doing GET requests to fetch the Tor directory, and you will need an HTTPS proxy for doing CONNECT requests to get to Tor relays. (It's fine if they're the same proxy.) Tor also recognizes the torrc options Socks4Proxy and Socks5Proxy.

Also, read up on the HTTPProxyAuthenticator and HTTPSProxyAuthenticator options if your proxy requires auth. We only support basic auth currently, but if you need NTLM authentication, you may find this post in the archives useful.

If your proxies only allow you to connect to certain ports, look at the entry on Firewalled clients for how to restrict what ports your Tor will try to access.

Veuillez regarder la FAQ HTTPS partout. Si vous croyez que problème provient du Navigateur Tor, veuillez le signaler sur notre système de suivi des problèmes

Nous configurons NoScript pour qu’elle autorise JavaScript par défaut dans le Navigateur Tor, car de nombreux sites Web ne fonctionneraient pas si JavaScript était désactivé. La plupart des utilisateurs abandonneraient complètement Tor si nous désactivions JavaScript par défaut, car cela leur causerait tant de problèmes. Nous voulons fondamentalement rendre le Navigateur Tor aussi sécurisé que possible tout en nous assurant qu’une majorité de personnes peut l’utiliser. Cela signifie donc que pour l’instant JavaScript reste activé par défaut.

Pour les utilisateurs qui souhaitent désactiver JavaScript par défaut sur tous les sites HTTP, nous recommandons de modifier l’option "Niveau de sécurité" de votre Navigateur Tor. Cela peut être fait en naviguant sur l’icône Sécurité (le petit bouclier gris en haut à droite de l’écran), puis en cliquant sur "Paramètres de sécurité avancés...". Le niveau "Standard" autorise le JavaScript, mais les niveaux "Plus sûr" et "Le plus sûr" bloquent tous les deux le JavaScript sur les sites HTTP.

Veuillez regarder la FAQ NoScript. Si vous pensez qu’il s’agit d’un problème lié au Navigateur Tor, veuillez le signaler sur notre système de suivi des bogues s’il vous plait.

Messagerie Tor

Non. Après onze versions bêta, nous avons cessé le soutien de la Messagerie Tor (page en anglais). Nous croyons toujours que Tor peut être utilisé dans une appli de messagerie, mais nous ne disposons pas des ressources pour le concrétiser pour le moment. Les possédez-vous ? Contactez-nous.

Tor sur appareils mobiles

Bien que les navigateurs Tor pour Android et Orbot soient tous deux excellents, ils servent des objectifs différents. Le Navigateur Tor pour Android est comme le Navigateur Tor de bureau, mais sur votre appareil mobile. Il s’agit d’un navigateur unique qui utilise le réseau Tor et essaie d’être aussi anonyme que possible. Orbot on the other hand is a proxy that will enable you to send the data from your other applications (E-Mail clients, instant messaging apps, etc.) through the Tor network; a version of Orbot is also inside of the Tor Browser for Android, and is what enables it to connect to the Tor network. That version, however, does not enable you to send other apps outside of the Tor Browser for Android through it. Depending on how you want to use the Tor network, either one or both of these could be a great option.

There is currently no supported method for running Tor Browser on older Windows Phones but in case of the newer Microsoft-branded/promoted phones, same steps as in Tor Browser for Android can be followed.

Nous recommandons une appli pour iOS appelée Navigateur Onion, qui est à code source ouvert, utilise le routage de Tor et développée par quelqu’un qui collabore étroitement avec le Projet Tor. Cependant, Apple exige que sur iOS, les navigateurs utilisent quelque chose appelé « Webkit » qui empêche au Navigateur Onion de proposer la même protection de la confidentialité et des données personnelles que le Navigateur Tor.

En apprendre davantage sur le Navigateur Onion (page en anglais). Téléchargez le Navigateur Onion sur l’App Store.

The Guardian Project maintains Orbot (and other privacy applications) on Android. More info can be found on the Guardian Project's website.

Oui, il existe une version du Navigateur Tor offerte spécifiquement pour Android. L’installation du Navigateur Tor pour Android est tout ce dont vous avez besoin pour faire fonctionner Tor sur votre appareil Android.

Le Projet Guardian fournit l’application Orbot qui peut être utilisée pour acheminer d’autres applications sur votre appareil Android sur le réseau Tor, cependant seul le Navigateur Tor pour Android est nécessaire pour naviguer sur le web avec Tor.

GetTor

Si vous ne pouvez pas télécharger le Navigateur Tor à partir de notre site Web, GetTor. peut vous en livrer un exemplaire. GetTor est un service qui répond automatiquement aux messages par des liens vers la dernière version du Navigateur Tor, hébergée en divers endroits qui risquent moins d’être censurés, tels que les services nuagiques Dropbox et Google Drive, ou sur GitHub. Vous pouvez également télécharger le navigateur Tor à partir de https://tor.eff.org ou de https://tor.ccc.de. Pour des liens plus spécifiques géographiquement, visitez Tor: Mirrors

Envoyez un courriel à gettor@torproject.org. Dans le corps du courriel, écrivez le nom de votre système d’exploitation (comme Windows, macOS, ou Linux). GetTor répondra par un courriel qui contient des liens à partir desquels vous pourrez télécharger le Navigateur Tor, la signature cryptographique (nécessaire pour confirmer le téléchargement), l’empreinte de la clé utilisée pour créer la signature, ainsi que la somme de contrôle du paquet. Selon le modèle d’ordinateur que vous utilisez, le choix entre un logiciel 32 bits ou 64 bits vous sera proposé ; consultez la documentation de votre ordinateur pour plus de précisions.

GetTor via Twitter est actuellement en maintenance. Veuillez utiliser un courriel à la place.

Connexion à Tor

Proxy server errors can occur for a variety of reasons. Vous pouvez essayer une ou plusieurs des propositions suivantes si vous rencontrez cette erreur :

  • Si vous avez un antivirus, cela peut interférer avec le service Tor. Désactivez l'antivirus et relancez le navigateur.
  • Vous ne devriez pas bouger le fichier du Navigateur Tor de son emplacement original. Si c'est le cas, annulez ce changement.
  • You should also check the port that you are connecting with. Try a different port from the one currently in use, such as 9050 or 9150.
  • When all else fails, reinstall the browser. This time, make sure to install Tor Browser in a new directory, not over a previously installed browser.

If the error persists, please get in touch with us.

If you cannot reach the onion service you desire, make sure that you have entered the 16-character or, the newest format, 56-character onion address correctly; even a small mistake will stop Tor Browser from being able to reach the site. Si vous ne parvenez toujours pas à vous connecter au service oignon, veuillez réessayer ultérieurement. Il pourrait y avoir un problème temporaire de connexion ou les opérateurs du site pourraient avoir permis qu’il soit hors ligne, sans avertissement.

You can also ensure that you're able to access other onion services by connecting to DuckDuckGo's onion service.

Si vous rencontrez des difficultés pour vous connecter, un message d’erreur peut apparaître et vous pouvez sélectionner l’option « Copier le journal de Tor dans le presse-papiers ». Collez ensuite le journal de Tor dans un fichier texte ou dans un autre document.

If you don't see this option and you have Tor Browser open, you can navigate to the hamburger menu ("≡"), then click on "Preferences", and finally on "Tor" in the side bar. Au bas de la page, à côté du texte « Voir les journaux Tor », cliquez sur le bouton « Voir les journaux... ».

Sinon, sur GNU/Linux, pour voir les journaux directement depuis le terminal, allez au répertoire du navigateur Tor et lancer le navigateur Tor depuis la ligne de commande en exécutant :

./start-tor-browser.desktop --verbose

or to save the logs to a file (default: tor-browser.log)

./start-tor-browser.desktop --log [file]

Vous devriez voir l’une de ces erreurs de journal courantes (cherchez les lignes suivantes dans votre journal de Tor) :

Common log error #1: Proxy connection failure

2017-10-29 09:23:40.800 [NOTICE] Opening Socks listener on 127.0.0.1:9150
2017-10-29 09:23:47.900 [NOTICE] Bootstrapped 5%: Connecting to directory server
2017-10-29 09:23:47.900 [NOTICE] Bootstrapped 10%: Finishing handshake with directory server
2017-10-29 09:24:08.900 [WARN] Proxy Client: unable to connect to xx..xxx..xxx.xx:xxxxx ("general SOCKS server failure")

Si vous trouvez de telles lignes dans votre journal de Tor, cela signifie que vous n’arrivez pas à vous connecter à un mandataire SOCKS. Si un mandataire SOCKS est exigé pour votre configuration réseau, veuillez alors vous assurer d’avoir bien saisi les renseignements concernant le mandataire. Si un mandataire SOCKS n’est pas exigé ou si vous n’êtes pas certain, veuillez essayer de vous connecter au réseau Tor sans mandataire SOCKS.

Common log error #2: Can’t reach guard relays

11/1/2017 21:11:43 PM.500 [NOTICE] Opening Socks listener on 127.0.0.1:9150
11/1/2017 21:11:44 PM.300 [NOTICE] Bootstrapped 80%: Connecting to the Tor network
11/1/2017 21:11:44 PM.300 [WARN] Failed to find node for hop 0 of our path. Discarding this circuit.
11/1/2017 21:11:44 PM.500 [NOTICE] Bootstrapped 85%: Finishing handshake with first hop
11/1/2017 21:11:45 PM.300 [WARN] Failed to find node for hop 0 of our path. Discarding this circuit.

Si vous trouvez de telles lignes dans votre journal de Tor, cela signifie que vous n’arrivez pas à vous connecter au premier nœud du circuit Tor. Cela pourrait signifier que vous êtes sur un réseau qui est censuré.

Tentez de vous connecter avec des ponts, ce qui devrait corriger le problème.

Common log error #3: Failed to complete TLS handshake

13-11-17 19:52:24.300 [NOTICE] Bootstrapped 10%: Finishing handshake with directory server 
13-11-17 19:53:49.300 [WARN] Problem bootstrapping. Stuck at 10%: Finishing handshake with directory server. (DONE; DONE; count 10; recommendation warn; host [host] at xxx.xxx.xxx.xx:xxx) 
13-11-17 19:53:49.300 [WARN] 10 connections have failed: 
13-11-17 19:53:49.300 [WARN]  9 connections died in state handshaking (TLS) with SSL state SSLv2/v3 read server hello A in HANDSHAKE 
13-11-17 19:53:49.300 [WARN]  1 connections died in state connect()ing with SSL state (No SSL object)

Si vous trouvez de telles lignes dans votre journal de Tor, cela signifie que Tor n’est pas parvenu à établir une connexion TLS avec les autorités d’annuaire. Utiliser des ponts réglera probablement ce problème.

Common log error #4: Clock skew

19.11.2017 00:04:47.400 [NOTICE] Opening Socks listener on 127.0.0.1:9150 
19.11.2017 00:04:48.000 [NOTICE] Bootstrapped 5%: Connecting to directory server 
19.11.2017 00:04:48.200 [NOTICE] Bootstrapped 10%: Finishing handshake with directory server 
19.11.2017 00:04:48.800 [WARN] Received NETINFO cell with skewed time (OR:xxx.xx.x.xx:xxxx): It seems that our clock is behind by 1 days, 0 hours, 1 minutes, or that theirs is ahead. Tor requires an accurate clock to work: please check your time, timezone, and date settings.

Si vous trouvez de telles lignes dans votre journal Tor, cela signifie que votre horloge système n’est pas à l’heure. Veuillez vous assurer que votre horloge est réglée avec précision et que le fuseau horaire est le bon, puis redémarrez Tor.

L’un des problèmes les plus courants qui entraîne des erreurs de connexion du Navigateur Tor est une horloge système qui n’est pas à l’heure. Veuillez vous assurer que votre horloge système et votre fuseau horaire sont réglés avec précision. Si cela ne corrige pas le problème, consultez la page Dépannage sur le guide d’utilisation du Navigateur Tor.

Censure

Le Navigateur Tor peut tout à fait aider les gens à accéder à votre site Web où il est bloqué. La plupart du temps, il suffit de télécharger le Navigateur Tor et de l’utiliser pour naviguer vers le site bloqué pour y accéder. Là où la censure est forte, de nombreuses options de contournement s’offrent à nous, dont les ​transports enfichables.

Pour plus de précisions, veuillez consulter la rubrique sur la censure du guide d’utilisation du Navigateur Tor.

Si vous ne pouvez pas télécharger le Navigateur Tor à partir de notre site Web, GetTor. peut vous en livrer un exemplaire. GetTor est un service qui répond automatiquement aux messages par des liens vers la dernière version du Navigateur Tor, hébergée en divers endroits qui risquent moins d’être censurés, tels que les services nuagiques Dropbox et Google Drive, ou sur GitHub. Vous pouvez également télécharger le navigateur Tor à partir de https://tor.eff.org ou de https://tor.ccc.de. Pour des liens plus spécifiques géographiquement, visitez Tor: Mirrors

You might be on a network that is blocking the Tor network, and so you should try using bridges. Some bridges are built in to Tor Browser and requires only a few steps to enable it. When you open Tor Browser for the first time, click "Tor Network Settings". Under the "Bridges" section, select the checkbox "Use a bridge", and choose the "Select a built-in bridge" option. From the dropdown, select whichever pluggable transport you'd like to use. Once you've selected the pluggable transport, scroll up and click "Connect" to save your settings.

Or, if you have Tor Browser running, click on "Preferences" (or "Options" on Windows) in the hamburger menu (≡) and then on "Tor" in the sidebar. In the "Bridges" section, select the checkbox "Use a bridge", and from the option "Select a built-in bridge", choose whichever pluggable transport you'd like to use from the dropdown. Your settings will automatically be saved once you close the tab.

Si vous avez besoin d’autres ponts, vous pouvez les obtenir sur notre site Web de ponts. Pour plus de précisions au sujet des ponts, consultez le guide d’utilisation du Navigateur Tor.

Si vous rencontrez des difficultés pour vous connecter, un message d’erreur peut apparaître et vous pouvez sélectionner l’option « Copier le journal de Tor dans le presse-papiers ». Collez ensuite le journal de Tor dans un fichier texte ou dans un autre document.

If you don't see this option and you have Tor Browser open, you can navigate to the hamburger menu ("≡"), then click on "Preferences", and finally on "Tor" in the side bar. Au bas de la page, à côté du texte « Voir les journaux Tor », cliquez sur le bouton « Voir les journaux... ».

Sinon, sur GNU/Linux, pour voir les journaux directement depuis le terminal, allez au répertoire du navigateur Tor et lancer le navigateur Tor depuis la ligne de commande en exécutant :

./start-tor-browser.desktop --verbose

or to save the logs to a file (default: tor-browser.log)

./start-tor-browser.desktop --log [file]

Vous devriez voir l’une de ces erreurs de journal courantes (cherchez les lignes suivantes dans votre journal de Tor) :

Common log error #1: Proxy connection failure

2017-10-29 09:23:40.800 [NOTICE] Opening Socks listener on 127.0.0.1:9150
2017-10-29 09:23:47.900 [NOTICE] Bootstrapped 5%: Connecting to directory server
2017-10-29 09:23:47.900 [NOTICE] Bootstrapped 10%: Finishing handshake with directory server
2017-10-29 09:24:08.900 [WARN] Proxy Client: unable to connect to xx..xxx..xxx.xx:xxxxx ("general SOCKS server failure")

Si vous trouvez de telles lignes dans votre journal de Tor, cela signifie que vous n’arrivez pas à vous connecter à un mandataire SOCKS. Si un mandataire SOCKS est exigé pour votre configuration réseau, veuillez alors vous assurer d’avoir bien saisi les renseignements concernant le mandataire. Si un mandataire SOCKS n’est pas exigé ou si vous n’êtes pas certain, veuillez essayer de vous connecter au réseau Tor sans mandataire SOCKS.

Common log error #2: Can’t reach guard relays

11/1/2017 21:11:43 PM.500 [NOTICE] Opening Socks listener on 127.0.0.1:9150
11/1/2017 21:11:44 PM.300 [NOTICE] Bootstrapped 80%: Connecting to the Tor network
11/1/2017 21:11:44 PM.300 [WARN] Failed to find node for hop 0 of our path. Discarding this circuit.
11/1/2017 21:11:44 PM.500 [NOTICE] Bootstrapped 85%: Finishing handshake with first hop
11/1/2017 21:11:45 PM.300 [WARN] Failed to find node for hop 0 of our path. Discarding this circuit.

Si vous trouvez de telles lignes dans votre journal de Tor, cela signifie que vous n’arrivez pas à vous connecter au premier nœud du circuit Tor. Cela pourrait signifier que vous êtes sur un réseau qui est censuré.

Tentez de vous connecter avec des ponts, ce qui devrait corriger le problème.

Common log error #3: Failed to complete TLS handshake

13-11-17 19:52:24.300 [NOTICE] Bootstrapped 10%: Finishing handshake with directory server 
13-11-17 19:53:49.300 [WARN] Problem bootstrapping. Stuck at 10%: Finishing handshake with directory server. (DONE; DONE; count 10; recommendation warn; host [host] at xxx.xxx.xxx.xx:xxx) 
13-11-17 19:53:49.300 [WARN] 10 connections have failed: 
13-11-17 19:53:49.300 [WARN]  9 connections died in state handshaking (TLS) with SSL state SSLv2/v3 read server hello A in HANDSHAKE 
13-11-17 19:53:49.300 [WARN]  1 connections died in state connect()ing with SSL state (No SSL object)

Si vous trouvez de telles lignes dans votre journal de Tor, cela signifie que Tor n’est pas parvenu à établir une connexion TLS avec les autorités d’annuaire. Utiliser des ponts réglera probablement ce problème.

Common log error #4: Clock skew

19.11.2017 00:04:47.400 [NOTICE] Opening Socks listener on 127.0.0.1:9150 
19.11.2017 00:04:48.000 [NOTICE] Bootstrapped 5%: Connecting to directory server 
19.11.2017 00:04:48.200 [NOTICE] Bootstrapped 10%: Finishing handshake with directory server 
19.11.2017 00:04:48.800 [WARN] Received NETINFO cell with skewed time (OR:xxx.xx.x.xx:xxxx): It seems that our clock is behind by 1 days, 0 hours, 1 minutes, or that theirs is ahead. Tor requires an accurate clock to work: please check your time, timezone, and date settings.

Si vous trouvez de telles lignes dans votre journal Tor, cela signifie que votre horloge système n’est pas à l’heure. Veuillez vous assurer que votre horloge est réglée avec précision et que le fuseau horaire est le bon, puis redémarrez Tor.

Les relais ponts sont des relais Tor qui ne sont pas listés dans l’annuaire public de Tor.

Cela signifie que des FAI ou des gouvernements qui tentent de bloquer l’accès au réseau Tor ne peuvent juste pas bloquer tous les ponts. Les ponts sont utiles pour les utilisateurs de Tor sous le joug de régimes oppressifs, et pour ceux qui veulent une couche supplémentaire de sécurité parce qu’ils s’inquiètent que quelqu’un puisse découvrir qu’ils contactent l’adresse IP d’un relais Tor public.

Un pont n’est qu’un relais normal avec une configuration légèrement différente. See How do I run a bridge for instructions.

Plusieurs pays, dont la Chine et l’Iran, ont trouvé des manières de détecter et de bloquer les connexions vers les ponts Tor. Obfsproxy bridges address this by adding another layer of obfuscation. La mise en place d’un pont obfsproxy exige un paquet logiciel et une configuration supplémentaires. See our page on pluggable transports for more info.

Snowflake is a pluggable transport available in Tor Browser to defeat internet censorship. Like a Tor bridge, a user can access the open internet when even regular Tor connections are censored. To use Snowflake is as easy as to switch to a new bridge configuration in Tor Browser.

This system is composed of three components: volunteers running Snowflake proxies, Tor users that want to connect to the internet, and a broker, that delivers snowflake proxies to users.

Volunteers willing to help users on censored networks can help by spinning short-lived proxies on their regular browsers. Check, how can I use Snowflake?

Snowflake uses the highly effective domain fronting technique to make a connection to one of the thousands of snowflake proxies run by volunteers. These proxies are lightweight, ephemeral, and easy to run, allowing us to scale Snowflake more easily than previous techniques.

For censored users, if your Snowflake proxy gets blocked, the broker will find a new proxy for you, automatically.

If you're interested in the technical details and specification, see the Snowflake Technical Overview and the project page.

Snowflake is available in Tor Browser stable for all platforms: Windows, macOS, GNU/Linux, and Android. You can also use Snowflake with Onion Browser on iOS.

If you're running Tor Browser for desktop for the first time, you can click on 'Tor Network Settings' on the start-up screen and then select 'Use a bridge'. Click on 'Select a built-in bridge' and choose 'snowflake' from the dropdown menu. Once you've selected Snowflake, scroll up and click 'Connect' to save your settings.

From within the browser, you can click on the hamburger menu, then go to 'Preferences' and go to 'Tor'. Alternatively, you can also type about:preferences#tor in the url bar. Check 'Use a bridge' and 'Select a built-in bridge'. Then select 'snowflake' from the dropdown menu.

If your internet access is not censored, you should consider installing the Snowflake extension to help users in censored networks. When you run Snowflake on you regular browser, you will provide connection as a proxy to an entry node in the Tor Network, and that’s all.

Add-on

Firstly make sure you have WebRTC enabled. Then you can install this addon for Firefox or the add-on for Chrome which will let you become a Snowflake proxy. It can also inform you about how many people you have helped in the last 24 hours.

Web page

In a browser where WebRTC is enabled: If you don't want to add Snowflake to your browser, you can go to https://snowflake.torproject.org/embed and toggle the button to opt in to being a proxy. You shouldn't close that page if you want to remain a Snowflake proxy.

Les sites Web bloqueront parfois les utilisateurs de Tor parce qu’ils ne peuvent pas faire la différence entre l’utilisateur de Tor moyen et le trafic automatisé. Les meilleurs résultats pour débloquer l’accès des utilisateurs de Tor à un site donné ont été obtenus en demandant aux utilisateurs de contacter directement les administrateurs du site en question. Ce qui suit pourrait suffire :

« Bonjour ! J’ai essayé d’accéder à votre site xyz.com en utilisant le Navigateur Tor et j’ai découvert que vous ne permettez pas aux utilisateurs de Tor d’y accéder. Je vous prie instamment de reconsidérer votre décision ; dans le monde entier, des personnes utilisent Tor pour protéger leur vie privée et leurs données personnelles, mais aussi pour combattre la censure. En bloquant les utilisateurs de Tor, vous bloquez vraisemblablement des personnes situées dans des pays où règne la répression et qui souhaitent utiliser un Internet libre, des journalistes et des chercheurs qui ne veulent pas être découverts, des lanceurs d’alerte, des activistes et des personnes ordinaires qui ne veulent pas être suivis à la trace par des tiers invasifs. Veuillez adopter une position forte qui privilégie la confidentialité numérique, la protection des données personnelles et la liberté sur Internet, et permettre aux utilisateurs de Tor d’accéder à xyz.com. Merci. »

Dans le cas de banques ou autres sites Web sensibles, il est aussi habituel de constater un blocage d’après la position géographique (si une banque sait que vous accédez habituellement à ses services à partir d’un pays et que vous vous connectez soudainement à partir d’un relais de sortie situé de l’autre côté de la planète, votre compte pourrait être verrouillé ou suspendu).

If you are unable to connect to an onion service, please see I cannot reach X.onion!.

HTTPS

The short answer is: Yes, you can browse normal HTTPS sites using Tor.

HTTPS Connections are used to secure communications over computer networks. You can read more about HTTPS here. Tor Browser has the HTTPS Everywhere plugin which automatically switches thousands of sites from unencrypted "HTTP" to more private "HTTPS".

Tor empêche aux écoutes électroniques de découvrir quels sites vous visitez. Cependant, les renseignements envoyés par Internet sans chiffrement en utilisant une simple connexion HTTP peuvent encore être interceptés par les opérateurs de relais de sortie ou par quiconque observe le trafic entre votre relais de sortie et votre site Web de destination. Si le site que vous visitez utilise HTTPS, le trafic sera alors chiffré avant de quitter votre relais de sortie et invisible aux écoutes électroniques.

Cette visualisation montre quels renseignements sont visibles aux écoutes électroniques avec et sans le Navigateur Tor ni le chiffrement HTTPS.

La visualisation suivante montre quels renseignements sont visibles aux écoutes électroniques avec et sans le Navigateur Tor ni le chiffrement HTTPS :

  • Cliquez sur le bouton « Tor » pour afficher quelles données les observateurs peuvent voir quand vous utilisez Tor. Le bouton deviendra vert pour indiquer que Tor est activé.
  • Cliquez sur le bouton « HTTPS » pour afficher quelles données les observateurs peuvent voir quand vous utilisez HTTPS. Le bouton deviendra vert pour indiquer que HTTPS est activé.
  • Quand les deux boutons sont verts, vous voyez les données visibles pour les observateurs quand vous utilisez les deux outils.
  • Quand les deux boutons sont gris, vous voyez les données visibles pour les observateurs quand vous n’utilisez aucun des deux outils.



DONNÉES POTENTIELLEMENT VISIBLES
Site.com
Le site que vous visitez.
utilisateur/mdp
Le nom d’utilisateur et le mot de passe utilisés pour l’authentification.
données
Les données transmises.
emplacement
L’emplacement sur le réseau de l’ordinateur utilisé pour visiter le site Web (l’adresse IP publique).
Tor
Si Tor est utilisé ou non.

Opérateurs

Tor guesses its IP address by asking the computer for its hostname, and then resolving that hostname. Often people have old entries in their /etc/hosts file that point to old IP addresses.

If that doesn't fix it, you should use the "Address" config option to specify the IP you want it to pick. If your computer is behind a NAT and it only has an internal IP address, see the following Support entry on dynamic IP addresses.

Also, if you have many addresses, you might also want to set "OutboundBindAddress" so external connections come from the IP you intend to present to the world.

If your relay is relatively new then give it time. Tor decides which relays it uses heuristically based on reports from Bandwidth Authorities. These authorities take measurements of your relay's capacity and, over time, directs more traffic there until it reaches an optimal load. The lifecycle of a new relay is explained in more depth in this blog post. If you've been running a relay for a while and still having issues then try asking on the tor-relays list.

Why Relay Load Varies

Tor manages bandwidth across the entire network. It does a reasonable job for most relays. But Tor's goals are different to protocols like BitTorrent. Tor wants low-latency web pages, which requires fast connections with headroom. BitTorrent wants bulk downloads, which requires using all the bandwidth.

We're working on a new bandwidth scanner, which is easier to understand and maintain. It will have diagnostics for relays that don't get measured, and relays that have low measurements.

Why does Tor need bandwidth scanners?

Most providers tell you the maximum speed of your local connection. But Tor has users all over the world, and our users connect to one or two Guard relays at random. So we need to know how well each relay can connect to the entire world.

So even if all relay operators set their advertised bandwidth to their local connection speed, we would still need bandwidth authorities to balance the load between different parts of the Internet.

What is a normal relay load?

It's normal for most relays to be loaded at 30%-80% of their capacity. This is good for clients: an overloaded relay has high latency. (We want enough relays to so that each relay is loaded at 10%. Then Tor would be almost as fast as the wider Internet).

Sometimes, a relay is slow because its processor is slow or its connections are limited. Other times, it is the network that is slow: the relay has bad peering to most other tor relays, or is a long distance away.

Finding Out what is Limiting a Relay

Lots of things can slow down a relay. Here's how to track them down.

System Limits

  • Check RAM, CPU, and socket/file descriptor usage on your relay

Tor logs some of these when it starts. Others can be viewed using top or similar tools.

Provider Limits

  • Check the Internet peering (bandwidth, latency) from your relay's provider to other relays. Relays transiting via Comcast have been slow at times. Relays outside North America and Western Europe are usually slower.

Tor Network Limits

Relay bandwidth can be limited by a relay's own observed bandwidth, or by the directory authorities' measured bandwidth. Here's how to find out which measurement is limiting your relay:

  • Check each of the votes for your relay on consensus-health (large page), and check the median. If your relay is not marked Running by some directory authorities:
    • Does it have the wrong IPv4 or IPv6 address?
    • Is its IPv4 or IPv6 address unreachable from some networks?
    • Are there more than 2 relays on its IPv4 address?

Otherwise, check your relay's observed bandwidth and bandwidth rate (limit). Look up your relay on Metrics. Then mouse over the bandwidth heading to see the observed bandwidth and relay bandwidth rate.

Here is some more detail and some examples: Drop in consensus weight and Rampup speed of Exit relay.

How to fix it

The smallest of these figures is limiting the bandwidth allocated to the relay.

  • If it's the bandwidth rate, increase the BandwidthRate/Burst or RelayBandwidthRate/Burst in your torrc.
  • If it's the observed bandwidth, your relay won't ask for more bandwidth until it sees itself getting faster. You need to work out why it is slow.
  • If it's the median measured bandwidth, your relay looks slow from a majority of bandwidth authorities. You need to work out why they measure it slow.

Doing Your Own Relay Measurements

If your relay thinks it is slow, or the bandwidth authorities think it is slow, you can test the bandwidth yourself:

  • Run a test using tor to see how fast tor can get on your network/CPU.
  • Run a test using tor and chutney to find out how fast tor can get on your CPU. Keep increasing the data volume until the bandwidth stops increasing.

If you allow exit connections, some services that people connect to from your relay will connect back to collect more information about you. For example, some IRC servers connect back to your identd port to record which user made the connection. (This doesn't really work for them, because Tor doesn't know this information, but they try anyway.) Also, users exiting from you might attract the attention of other users on the IRC server, website, etc. who want to know more about the host they're relaying through.

Une autre raison est que les groupes qui balayent des proxies ouverts sur Internet ont appris que parfois les relais Tor exposent leur port de socks au monde. Nous vous recommandons de lier votre socksport aux réseaux locaux uniquement.

In any case, you need to keep up to date with your security. See this article on security for Tor relays for more suggestions.

  • The exit relay is the most needed relay type but it also comes with the highest legal exposure and risk (and you should NOT run them from your home).
  • If you are looking to run a relay with minimal effort, fast guard relays are also very useful
  • Followed by bridges.

When an exit is misconfigured or malicious it's assigned the BadExit flag. This tells Tor to avoid exiting through that relay. In effect, relays with this flag become non-exits. If you got this flag then we either discovered a problem or suspicious activity when routing traffic through your exit and weren't able to contact you. Please reach out to the bad-relays team so we can sort out the issue.

When upgrading your Tor relay, or moving it on a different computer, the important part is to keep the same identity keys (stored in "keys/ed25519_master_id_secret_key" and "keys/secret_id_key" in your DataDirectory). Keeping backups of the identity keys so you can restore a relay in the future is the recommended way to ensure the reputation of the relay won't be wasted.

This means that if you're upgrading your Tor relay and you keep the same torrc and the same DataDirectory, then the upgrade should just work and your relay will keep using the same key. Si vous devez choisir un nouveau DataDirectory, assurez-vous de copier vos anciennes keys/ed25519_master_id_secret_key et keys/secret_id_key par-dessus.

Note: As of Tor 0.2.7 we are using new generation identities for relays based on ed25519 elliptic curve cryptography. Eventually they will replace the old RSA identities, but that will happen in time, to ensure compatibility with older versions. Until then, each relay will have both an ed25519 identity (identity key file: keys/ed25519_master_id_secret_key) and a RSA identity (identity key file: keys/secret_id_key). You need to copy / backup both of them in order to restore your relay, change your DataDirectory or migrate the relay on a new computer.

We're looking for people with reasonably reliable Internet connections, that have at least 10 Mbit/s (Mbps) available bandwidth each way. If that's you, please consider running a Tor relay.

Even if you do not have at least 10 Mbit/s of available bandwidth you can still help the Tor network by running a Tor bridge with obfs4 support. In that case you should have at least 1 MBit/s of available bandwidth.

You're right, for the most part a byte into your Tor relay means a byte out, and vice versa. But there are a few exceptions:

If you open your DirPort, then Tor clients will ask you for a copy of the directory. The request they make (an HTTP GET) is quite small, and the response is sometimes quite large. This probably accounts for most of the difference between your "write" byte count and your "read" byte count.

Another minor exception shows up when you operate as an exit node, and you read a few bytes from an exit connection (for example, an instant messaging or ssh connection) and wrap it up into an entire 512 byte cell for transport through the Tor network.

If your Tor relay is using more memory than you'd like, here are some tips for reducing its footprint:

  • If you're on Linux, you may be encountering memory fragmentation bugs in glibc's malloc implementation. That is, when Tor releases memory back to the system, the pieces of memory are fragmented so they're hard to reuse. The Tor tarball ships with OpenBSD's malloc implementation, which doesn't have as many fragmentation bugs (but the tradeoff is higher CPU load). You can tell Tor to use this malloc implementation instead: ./configure --enable-openbsd-malloc.
  • If you're running a fast relay, meaning you have many TLS connections open, you are probably losing a lot of memory to OpenSSL's internal buffers (38KB+ per socket). We've patched OpenSSL to release unused buffer memory more aggressively. If you update to OpenSSL 1.0.0 or newer, Tor's build process will automatically recognize and use this feature.
  • If you still can't handle the memory load, consider reducing the amount of bandwidth your relay advertises. Advertising less bandwidth means you will attract fewer users, so your relay shouldn't grow as large. See the MaxAdvertisedBandwidth option in the man page.

All of this said, fast Tor relays do use a lot of ram. It is not unusual for a fast exit relay to use 500-1000 MB of memory.

We aim to make setting up a Tor relay easy and convenient:

  • It's fine if the relay goes offline sometimes. The directories notice this quickly and stop advertising the relay. Just try to make sure it's not too often, since connections using the relay when it disconnects will break.
  • Each Tor relay has an exit policy that specifies what sort of outbound connections are allowed or refused from that relay. If you are uncomfortable allowing people to exit from your relay, you can set it up to only allow connections to other Tor relays.
  • Your relay will passively estimate and advertise its recent bandwidth capacity, so high-bandwidth relays will attract more users than low-bandwidth ones. Therefore, having low-bandwidth relays is useful too.

If you're using Debian or Ubuntu especially, there are a number of benefits to installing Tor from the Tor Project's repository.

  • Your ulimit -n gets set to 32768 high enough for Tor to keep open all the connections it needs.
  • A user profile is created just for Tor, so Tor doesn't need to run as root.
  • An init script is included so that Tor runs at boot.
  • Tor runs with --verify-config, so that most problems with your config file get caught.
  • Tor can bind to low level ports, then drop privileges.

All outgoing connections must be allowed, so that each relay can communicate with every other relay.

In many jurisdictions, Tor relay operators are legally protected by the same common carrier regulations that prevent internet service providers from being held liable for third-party content that passes through their network. Exit relays that filter some traffic would likely forfeit those protections.

Tor promotes free network access without interference. Exit relays must not filter the traffic that passes through them to the internet. Exit relays found to be filtering traffic will get the BadExit flag once detected.

Non. Si un organisme d’application de la loi commence à s’intéresser au trafic de votre relais de sortie, il est possible que des représentants de cet organisme saisissent votre ordinateur. C’est pourquoi il est préférable de ne pas faire fonctionner votre relais de sortie chez vous ou en utilisant votre connexion résidentielle à Internet.

Envisagez plutôt de faire fonctionner votre relais de sortie dans un centre informatique commercial favorable à Tor. Utilisez une adresse IP séparée pour votre relais de sortie et n’acheminez pas votre propre trafic par ce relais. Bien entendu, vous devriez éviter de garder des renseignements personnels ou délicats sur l’ordinateur qui héberge votre relais de sortie.

  • N’utilisez pas les paquets dans les dépôts d’Ubuntu. Ils ne sont pas mis à jours de façon fiable. Si vous les utilisez, vous manquerez d’importants correctifs de stabilité et de sécurité.
  • Déterminez votre version d’Ubuntu en exécutant la commande suivante :
     $ lsb_release -c
    
  • En tant que superutilisateur, ajoutez les lignes suivantes au fichier /etc/apt/sources.list. Remplacez « version » par la version que vous avez trouvée à l’étape précédente.
     $ deb https://deb.torproject.org/torproject.org version main
     $ deb-src https://deb.torproject.org/torproject.org version main
    
  • Ajoutez la clé gpg utilisée pour signer les paquets en exécutant les commandes suivantes :
     $ curl https://deb.torproject.org/torproject.org/A3C4F0F979CAA22CDBA8F512EE8CBC9E886DDD89.asc | sudo apt-key add -
    
  • Exécutez les commandes suivantes pour installer tor et vérifier ses signatures :
     $ sudo apt-get update
     $ sudo apt-get install tor deb.torproject.org-keyring
    

In simple words, it works like this:

  • There is a primary ed25519 identity secret key file named "ed25519_master_id_secret_key". This is the most important one, so make sure you keep a backup in a secure place - the file is sensitive and should be protected. Tor could encrypt it for you if you generate it manually and enter a password when asked.
  • A medium term signing key named "ed25519_signing_secret_key" is generated for Tor to use. Also, a certificate is generated named "ed25519_signing_cert" which is signed by the primary identity secret key and confirms that the medium term signing key is valid for a certain period of time. The default validity is 30 days, but this can be customized by setting "SigningKeyLifetime N days|weeks|months" in torrc.
  • There is also a primary public key named "ed25519_master_id_public_key", which is the actual identity of the relay advertised in the network. This one is not sensitive and can be easily computed from "ed5519_master_id_secret_key".

Tor will only need access to the medium term signing key and certificate as long as they are valid, so the primary identity secret key can be kept outside DataDirectory/keys, on a storage media or a different computer. You'll have to manually renew the medium term signing key and certificate before they expire otherwise the Tor process on the relay will exit upon expiration.

This feature is optional, you don't need to use it unless you want to. If you want your relay to run unattended for longer time without having to manually do the medium term signing key renewal on regular basis, best to leave the primary identity secret key in DataDirectory/keys, just make a backup in case you'll need to reinstall it. If you want to use this feature, you can consult our more detailed guide on the topic.

Since it's now a guard, clients are using it less in other positions, but not many clients have rotated their existing guards out to use it as a guard yet. Read more details in this blog post or in Changing of the Guards: A Framework for Understanding and Improving Entry Guard Selection in Tor.

Great. If you want to run several relays to donate more to the network, we're happy with that. But please don't run more than a few dozen on the same network, since part of the goal of the Tor network is dispersal and diversity.

If you do decide to run more than one relay, please set the "MyFamily" config option in the torrc of each relay, listing all the relays (comma-separated) that are under your control:

MyFamily $fingerprint1,$fingerprint2,$fingerprint3

where each fingerprint is the 40 character identity fingerprint (without spaces).

That way, Tor clients will know to avoid using more than one of your relays in a single circuit. You should set MyFamily if you have administrative control of the computers or of their network, even if they're not all in the same geographic location.

The accounting options in the torrc file allow you to specify the maximum amount of bytes your relay uses for a time period.

    AccountingStart day week month [day] HH:MM

This specifies when the accounting should reset. For instance, to setup a total amount of bytes served for a week (that resets every Wednesday at 10:00am), you would use:

    AccountingStart week 3 10:00
    AccountingMax 500 GBytes

This specifies the maximum amount of data your relay will send during an accounting period, and the maximum amount of data your relay will receive during an account period. When the accounting period resets (from AccountingStart), then the counters for AccountingMax are reset to 0.

Example: Let's say you want to allow 50 GB of traffic every day in each direction and the accounting should reset at noon each day:

    AccountingStart day 12:00
    AccountingMax 50 GBytes

Note that your relay won't wake up exactly at the beginning of each accounting period. It will keep track of how quickly it used its quota in the last period, and choose a random point in the new interval to wake up. This way we avoid having hundreds of relays working at the beginning of each month but none still up by the end.

If you have only a small amount of bandwidth to donate compared to your connection speed, we recommend you use daily accounting, so you don't end up using your entire monthly quota in the first day. Just divide your monthly amount by 30. You might also consider rate limiting to spread your usefulness over more of the day: if you want to offer X GB in each direction, you could set your RelayBandwidthRate to 20*X KBytes. For example, if you have 50 GB to offer each way, you might set your RelayBandwidthRate to 1000 KBytes: this way your relay will always be useful for at least half of each day.

    AccountingStart day 0:00
    AccountingMax 50 GBytes
    RelayBandwidthRate 1000 KBytes
    RelayBandwidthBurst 5000 KBytes # allow higher bursts but maintain average

Tor has partial support for IPv6 and we encourage every relay operator to enable IPv6 functionality in their torrc configuration files when IPv6 connectivity is available. For the time being Tor will require IPv4 addresses on relays, you can not run a Tor relay on a host with IPv6 addresses only.

The parameters assigned in the AccountingMax and BandwidthRate apply to both client and relay functions of the Tor process. Thus you may find that you are unable to browse as soon as your Tor goes into hibernation, signaled by this entry in the log:

Bandwidth soft limit reached; commencing hibernation.
No new connections will be accepted

The solution is to run two Tor processes - one relay and one client, each with its own config. One way to do this (if you are starting from a working relay setup) is as follows:

  • In the relay Tor torrc file, simply set the SocksPort to 0.
  • Create a new client torrc file from the torrc.sample and ensure it uses a different log file from the relay. One naming convention may be torrc.client and torrc.relay.
  • Modify the Tor client and relay startup scripts to include -f /path/to/correct/torrc.
  • In Linux/BSD/Mac OS X, changing the startup scripts to Tor.client and Tor.relay may make separation of configs easier.

Great. That's exactly why we implemented exit policies.

Each Tor relay has an exit policy that specifies what sort of outbound connections are allowed or refused from that relay. The exit policies are propagated to Tor clients via the directory, so clients will automatically avoid picking exit relays that would refuse to exit to their intended destination. This way each relay can decide the services, hosts, and networks it wants to allow connections to, based on abuse potential and its own situation. Read the Support entry on issues you might encounter if you use the default exit policy, and then read Mike Perry's tips for running an exit node with minimal harassment.

The default exit policy allows access to many popular services (e.g. web browsing), but restricts some due to abuse potential (e.g. mail) and some since the Tor network can't handle the load (e.g. default file-sharing ports). You can change your exit policy by editing your torrc file. If you want to avoid most if not all abuse potential, set it to "reject *:*". This setting means that your relay will be used for relaying traffic inside the Tor network, but not for connections to external websites or other services.

If you do allow any exit connections, make sure name resolution works (that is, your computer can resolve Internet addresses correctly). If there are any resources that your computer can't reach (for example, you are behind a restrictive firewall or content filter), please explicitly reject them in your exit policy otherwise Tor users will be impacted too.

Tor can handle relays with dynamic IP addresses just fine. Just leave the "Address" line in your torrc blank, and Tor will guess.

Oui, vous obtiendrez un meilleur anonymat contre certaines attaques.

The simplest example is an attacker who owns a small number of Tor relays. They will see a connection from you, but they won't be able to know whether the connection originated at your computer or was relayed from somebody else.

There are some cases where it doesn't seem to help: if an attacker can watch all of your incoming and outgoing traffic, then it's easy for them to learn which connections were relayed and which started at you. (In this case they still don't know your destinations unless they are watching them too, but you're no better off than if you were an ordinary client.)

There are also some downsides to running a Tor relay. First, while we only have a few hundred relays, the fact that you're running one might signal to an attacker that you place a high value on your anonymity. Second, there are some more esoteric attacks that are not as well-understood or well-tested that involve making use of the knowledge that you're running a relay -- for example, an attacker may be able to "observe" whether you're sending traffic even if they can't actually watch your network, by relaying traffic through your Tor relay and noticing changes in traffic timing.

It is an open research question whether the benefits outweigh the risks. A lot of that depends on the attacks you are most worried about. For most users, we think it's a smart move.

See portforward.com for directions on how to port forward with your NAT/router device.

If your relay is running on a internal net, you need to setup port forwarding. Forwarding TCP connections is system dependent but the firewalled-clients FAQ entry offers some examples on how to do this.

Also, here's an example of how you would do this on GNU/Linux if you're using iptables:

/sbin/iptables -A INPUT -i eth0 -p tcp --destination-port 9001 -j ACCEPT

You may have to change "eth0" if you have a different external interface (the one connected to the Internet). Chances are you have only one (except the loopback) so it shouldn't be too hard to figure out.

There are two options you can add to your torrc file:

BandwidthRate is the maximum long-term bandwidth allowed (bytes per second). For example, you might want to choose "BandwidthRate 10 MBytes" for 10 megabytes per second (a fast connection), or "BandwidthRate 500 KBytes" for 500 kilobytes per second (a decent cable connection). The minimum BandwidthRate setting is 75 kilobytes per second.

BandwidthBurst is a pool of bytes used to fulfill requests during short periods of traffic above BandwidthRate but still keeps the average over a long period to BandwidthRate. A low Rate but a high Burst enforces a long-term average while still allowing more traffic during peak times if the average hasn't been reached lately. For example, if you choose "BandwidthBurst 500 KBytes" and also use that for your BandwidthRate, then you will never use more than 500 kilobytes per second; but if you choose a higher BandwidthBurst (like 5 MBytes), it will allow more bytes through until the pool is empty.

If you have an asymmetric connection (upload less than download) such as a cable modem, you should set BandwidthRate to less than your smaller bandwidth (Usually that's the upload bandwidth). Otherwise, you could drop many packets during periods of maximum bandwidth usage - you may need to experiment with which values make your connection comfortable. Then set BandwidthBurst to the same as BandwidthRate.

Linux-based Tor nodes have another option at their disposal: they can prioritize Tor traffic below other traffic on their machine, so that their own personal traffic is not impacted by Tor load. A script to do this can be found in the Tor source distribution's contrib directory.

Additionally, there are hibernation options where you can tell Tor to only serve a certain amount of bandwidth per time period (such as 100 GB per month). These are covered in the hibernation entry below.

Note that BandwidthRate and BandwidthBurst are in Bytes, not Bits.

Services oignon

How do I know if I'm using v2 or v3 onion services?

You can identify v3 onion addresses by their 56 character length, e.g. Tor Project's v2 address:http://expyuzz4wqqyqhjn.onion/, and Tor Project's v3 address: http://2gzyxa5ihm7nsggfxnu52rck2vv4rvmdlkiu3zzui5du4xyclen53wid.onion/

If you're an onion service administrator, you must upgrade to v3 onion services as soon as possible. If you're a user, please ensure that you update your bookmarks to the website's v3 onion addresses.

What is the timeline for the v2 deprecation?

In September 2020, Tor started warning onion service operators and clients that v2 will be deprecated and obsolete in version 0.4.6. Tor Browser started warning users in June, 2021.

In July 2021, 0.4.6 Tor will no longer support v2 and support will be removed from the code base.

In October 2021, we will release new Tor client stable versions for all supported series that will disable v2.

You can read more in the Tor Project's blog post Onion Service version 2 deprecation timeline.

Can I keep using my v2 onion address? Can I access my v2 onion after September? Is this a backward-incompatible change?

V2 onion addresses are fundamentally insecure. If you have a v2 onion, we recommend you migrate now. This is a backward incompatible change: v2 onion services will not be reachable after September 2021.

What is the recommendation for developers to migrate? Any tips on how to spread the new v3 addresses to people?

In torrc, to create a version 3 address, you simply need to create a new service just as you did your v2 service, with these two lines:

HiddenServiceDir /full/path/to/your/new/v3/directory/
HiddenServicePort <virtual port> <target-address>:<target-port>

The default version is now set to 3 so you don't need to explicitly set it. Restart tor, and look on your directory for the new address. If you wish to keep running your version 2 service until it is deprecated to provide a transition path to your users, add this line to the configuration block of your version 2 service:

HiddenServiceVersion 2

This will allow you to identify in your configuration file which one is which version.

If you have Onion-Location configured on your website, you need to set the header with your new v3 address. For technical documentation about running onion services, please read the Onion Services page in our Community portal.

I didn't see the announcement, can I get more time to migrate?

No, v2 onion connections will start failing nowish, first slowly, then suddenly. It's time to move away.

Will services start failing to be reached in September, or before already?

Already, introduction points are not in Tor 0.4.6 anymore, so they will not be reachable if relay operators update.

As a website administrator, can I redirect users from my v2 onion to v3?

Yes, it will work until the v2 onion address is unreachable. You may want to encourage users to update their bookmarks.

Are v3 onion services going to help in mitigating DDoS problems?

Yes, we are continuously working on improving onion services security. Some of the work we have in our roadmap is ESTABLISH_INTRO Cell DoS Defense Extension, Res tokens: Anonymous Credentials for Onion Service DoS Resilience, and A First Take at PoW Over Introduction Circuits. For an overview about these proposals, read the detailed blog post How to stop the onion denial (of service).

Lorsque vous naviguez sur un service oignon, le Navigateur Tor affiche différentes icônes onion dans la barre d’adresse indiquant la sécurité de la page web en cours.

Image of an onion An onion means:

  • The Onion Service is served over HTTP, or HTTPS with a CA-Issued certificate.
  • The Onion Service is served over HTTPS with a Self-Signed certificate.

Image of an onion with a red slash An onion with a red slash means:

  • The Onion Service is served with a script from an insecure URL.

Image of an onion with a caution sign An onion with caution sign means:

  • The Onion Service is served over HTTPS with an expired Certificate.
  • The Onion Service is served over HTTPS with a wrong Domain.
  • The Onion Service is served with a mixed form over an insecure URL.

If you cannot reach the onion service you desire, make sure that you have entered the 16-character or, the newest format, 56-character onion address correctly; even a small mistake will stop Tor Browser from being able to reach the site. Si vous ne parvenez toujours pas à vous connecter au service oignon, veuillez réessayer ultérieurement. Il pourrait y avoir un problème temporaire de connexion ou les opérateurs du site pourraient avoir permis qu’il soit hors ligne, sans avertissement.

You can also ensure that you're able to access other onion services by connecting to DuckDuckGo's onion service.

Les services oignon permettent aux gens de naviguer et aussi de publier dans l’anonymat, même de publier des sites Web anonymes.

Onion services are also relied on for metadata-free chat and file sharing, safer interaction between journalists and their sources like with SecureDrop or OnionShare, safer software updates, and more secure ways to reach popular websites like Facebook.

These services use the special-use top level domain (TLD) .onion (instead of .com, .net, .org, etc.) and are only accessible through the Tor network.

When accessing a website that uses an onion service, Tor Browser will show at the URL bar an icon of an onion displaying the state of your connection: secure and using an onion service.

Onion icon

Les sites Web qui ne sont accessibles que par Tor sont appelés « oignons » et se terminent par le domaine de premier niveau .onion. For example, the DuckDuckGo onion is https://duckduckgogg42xjoc72x3sjasowoarfbgcmvfimaftt6twagswzczad.onion/. Vous pouvez accéder à ces sites Web en utilisant le Navigateur Tor. L’adresse doit être partagée avec vous par l’hôte du site Web, car les oignons ne sont pas indexés dans les moteurs de recherche de façon habituelle, comme les sites Web ordinaires le sont.

L’en-tête d’emplacement oignon « Onion-Location » est un nouvel en-tête HTTP que les sites Web peuvent utiliser pour annoncer leur pendant oignon. If the web site that you're visiting has an onion site available, a purple suggestion pill will prompt at the URL bar saying ".onion available". When you click on ".onion available", the web site will be reloaded and redirected to its onion counterpart. At the moment, Onion-Location is available for Tor Browser desktop (Windows, macOS and GNU/Linux). You can learn more about Onion-Location in the Tor Browser Manual. If you're an onion service operator, learn how to configure Onion-Location in your onion site.

An authenticated onion service is an onion service that requires you to provide an authentication token (in this case, a private key) before accessing the service. The private key is not transmitted to the service, and it's only used to decrypt its descriptor locally. You can get the access credentials from the onion service operator. Reach out to the operator and request access. Learn more about how to use onion authentication in Tor Browser. If you want to create an onion service with client authentication, please see the Client Authorization in the Community portal.

Divers

Vidalia n’est plus entretenue ni ne reçoit de soutien. Une grande partie des fonctions qu’offrait Vidalia a maintenant été intégrée dans le Navigateur Tor même.

Tor ne conserve aucun journal qui pourrait identifier un utilisateur particulier. We do take some safe measurements of how the network functions, which you can check out at Tor Metrics.

Nous sommes vraiment désolés, mais vous avez été infecté par un programme malveillant, un rançongiciel. Le Projet Tor n’a pas créé ce programme malveillant. Les auteurs du programme malveillant vous demandent de télécharger le Navigateur Tor pour probablement les contacter de manière anonyme, avec la rançon qu’ils exigent de vous.

Si c’est la première fois que vous entendez parler du Navigateur Tor, nous comprenons que vous pensez que nous sommes des personnes mal intentionnées qui ouvrent la porte à des personnes encore pires.

Mais veuillez prendre en considération que nos logiciels sont utilisés tous les jours à des fins les plus diverses par des défenseurs des droits de la personne, des journalistes, des survivants de violence familiale, des lanceurs d’alerte, des représentants des forces de l’ordre et bien d’autres. Malheureusement, la protection que nos logiciels peuvent fournir à ces groupes de personnes peut aussi être détournée par des criminels et des auteurs de programmes malveillants. Le Projet Tor n’appuie ni ne cautionne l’utilisation de nos logiciels à des fins malveillantes.

Nous ne recommandons pas d’utiliser Tor avec BitTorrent. For further details, please see our blog post on the subject.

Tor est financé par un certain nombre de commanditaires différents, dont des organismes fédéraux étatsuniens, des fondations privées et des donateurs particuliers. Check out a list of all our sponsors and a series of blog posts on our financial reports.

Nous estimons que parler ouvertement de nos commanditaires et de notre modèle de financement est la meilleure façon de maintenir un rapport de confiance avec notre communauté. Nous cherchons toujours à diversifier nos sources de financement, particulièrement de fondations et de particuliers.

Tor est conçu pour défendre les droits de la personne et les droits à la vie privée en empêchant quiconque de censurer quoi que ce soit, ce qui s’applique aussi à nous. Nous détestons que certaines personnes utilisent Tor pour faire des choses horribles, mais nous ne pouvons rien faire pour nous en débarrasser sans aussi porter atteinte aux défenseurs des droits de la personne, aux journalistes, aux survivants de violence et autres personnes qui utilisent Tor à des fins louables. Si nous voulions empêcher certaines personnes d’utiliser Tor, nous ajouterions essentiellement une porte dérobée au logiciel, ce qui exposerait aux attaques de régimes condamnables et autres adversaires nos utilisateurs vulnérables.

Nous vous remercions de votre soutien ! You can find more information about donating on our donor FAQ.

For sharing files over Tor, OnionShare is a good option. OnionShare is an open source tool for securely and anonymously sending and receiving files using Tor onion services. It works by starting a web server directly on your computer and making it accessible as an unguessable Tor web address that others can load in Tor Browser to download files from you, or upload files to you. It doesn't require setting up a separate server, using a third party file-sharing service, or even logging into an account.

Unlike services like email, Google Drive, DropBox, WeTransfer, or nearly any other way people typically send files to each other, when you use OnionShare you don't give any companies access to the files that you're sharing. So long as you share the unguessable web address in a secure way (like pasting it in an encrypted messaging app), no one but you and the person you're sharing with can access the files.

OnionShare is developed by Micah Lee.

De nombreux nœuds de sortie sont configurés pour bloquer certains types de trafic de partage de fichiers tels que BitTorrent. BitTorrent in particular is not anonymous over Tor.

La longueur du chemin est actuellement figée à 3 dans le code, plus le nombre de nœuds « sensibles » dans votre chemin. C’est-à-dire que pour les cas normaux c’est 3, mais possiblement plus si, par exemple, vous accédez à un service oignon ou à une adresse « .exit ».

Nous ne voulons pas encourager l’utilisation de chemins plus longs, car cela augmente la charge du réseau sans (d’après ce que nous pouvons voir) fournir une sécurité accrue. Also, using paths longer than 3 could harm anonymity, first because it makes denial of security attacks easier, and second because it could act as an identifier if only a small number of users have the same path length as you.

Non, le Projet Tor n’offre pas de service d’hébergement.

Les développeurs de Tor ne peuvent rien faire pour suivre les utilisateurs de Tor à la trace. Les mêmes protections qui empêchent les personnes mal intentionnées de percer l’anonymat de Tor nous empêchent aussi de suivre les utilisateurs à la trace.

Tor compte sur le soutien d’utilisateurs et de bénévoles du monde entier pour nous aider à améliorer nos logiciels et nos ressources. C’est pourquoi vos rétroactions sont inestimables pour nous (et pour tous les utilisateurs de Tor).

Feedback template

When sending us feedback or reporting a bug, please include as many of these as possible:

  • Operating System you are using
  • Version du Navigateur Tor
  • Tor Browser Security Level
  • Step by step of how you got to the issue, so we can reproduce it (e.g. I opened the browser, typed a url, clicked on (i) icon, then my browser crashed)
  • Une capture d’écran du problème
  • Le journal

Comment nous joindre

Il y a plusieurs façons de nous joindre, veuillez utiliser alors ce qui vous convient le mieux.

GitLab

First, check if the bug is already known. You can search and read all the issues at https://gitlab.torproject.org/. To create a new issue, please request a new account to access Tor Project's GitLab instance and find the right repository to report your issue. We track all Tor Browser related issues at Tor Browser issue tracker. Issues related to our websites should be filed under the Web issue tracker.

Courriel

Send us an email to frontdesk@torproject.org

In the subject line of your email, please tell us what you're reporting. The more specific your subject line is (e.g. "Connection failure", "feedback on website", "feedback on Tor Browser, "I need a bridge"), the easier it will be for us to understand and follow up. Sometimes when we receive emails without subject lines, they're marked as spam and we don't see them.

For the fastest response, please write in English, Spanish, and/or Portuguese if you can. If none of these languages works for you, please write in any language you feel comfortable with, but keep in mind it will take us a bit longer to answer as we will need help with translation to understand it.

Blog post comments

You can always leave comments on the blog post related to the issue or feedback you want to report. If there is not a blog post related to your issue, please contact us another way.

IRC

You can find us in the #tor channel on OFTC to give us feedback or report bugs/issues. We may not respond right away, but we do check the backlog and will get back to you when we can.

Learn how to connect to OFTC servers.

Email Lists

For reporting issues or feedback using email lists, we recommend that you do so on the one that is related to what you would like to report. A complete directory of our mailing lists can be found here.

For feedback or issues related to Tor Browser, Tor network or other projects developed by Tor: tor-talk

For feedback or issues related to our websites: ux

For feedback or issues related to running a Tor relay: tor-relays

For feedback on content related to Tor Browser Manual or Support website: tor-community-team

Report a security issue

If you've found a security issue in one of our projects or in our infrastructure, please email tor-security@lists.torproject.org. If you've found a security bug in Tor or Tor Browser, feel free to submit it for our bug bounty program. Si vous souhaitez chiffrer votre courriel, vous pouvez obtenir la clé publique GPG de la liste en contactant tor-security-sendkey@lists.torproject.org ou sur pool.sks-keyservers.net. En voici l’empreinte numérique :

  gpg --fingerprint tor-security@lists.torproject.org
  pub 4096R/1A7BF184 2017-03-13
  Fingerprint=8B90 4624 C5A2 8654 E453 9BC2 E135 A8B4 1A7B F184
  uid tor-security@lists.torproject.org
  uid tor-security@lists.torproject.org
  uid tor-security@lists.torproject.org
  sub 4096R/C00942E4 2017-03-13

Communiquer avec nous

The #tor-project channel is where Tor people discuss and coordinate daily Tor work. It has fewer members than #tor and is more focused on the work at hand. You are also welcome to join this channel. To access #tor-project, your nickname (nick) must be registered and verified.

Here's how to reach #tor-project and other registered channels.

Register your nickname

  1. Log onto #tor. See How can I chat with Tor Project teams?

  2. Then, click on the word "Status" at the top left of the screen.

  3. In the window at the bottom of the page, type: /msg nickserv REGISTER yournewpassword youremailaddress

  4. Hit enter.

If all goes well, you will receive a message that you are registered.

The system may register you as your nick_ instead of your nick.

If so, just go with it but remember you are user_ and not user.

Every time you log on to IRC, to identify your registered nick, type:

/nick yournick

/msg nickserv IDENTIFY YourPassWord

How to verify your nickname

Then, to complete the registration and ultimately gain access to the #tor-project channel, your nickname must be verified.

  1. To verify your nick, open a new browser window and go to https://webchat.oftc.net/?channels=tor.

  2. Log in with your IRC nickname and password.

  3. Look for the word verify and log in there. It may appear that nothing has happened. Look at the top of the page, and there will be a column called Account.

  4. Click on Account.

  5. Click on the small sentence at the bottom of the square that says: Verify account.

  6. Fill out the Captcha that pops up, and click ok.

  7. A tiny message will appear: "Your NickServ account has been verified."

  8. Go back to the IRC webpage where you are logged in and type:

    /msg nickserv checkverify

  9. Click ENTER.

  10. If all is well, you will receive a message that says:

*!NickServ*checkverify

Usermodechange: +R

!NickServ- Successfully set +R on your nick.
`

Your nick is verified!

Now, to join #tor-project, you can just type:

/join #tor-project and hit enter.

You will be allowed into the channel. If so, Congratulations!

However, if you get stuck, you can ask for help in the #tor channel.

You can toggle back and forth between channels by clicking on the different channel names at the top left of the IRC window.

Here is how you can get onto IRC and start to chat with Tor contributors in real time:

  1. Enter in OFTC webchat.

  2. Fill in the blanks:

    NICKNAME: Anything you want, but choose the same nickname (nick) every time you use IRC to talk to people on Tor. If your nick is already being used, you will get a message from the system and you should choose another nick.

    CHANNEL: #tor

  3. Click Enter

Congratulations! You're on IRC.

After a few seconds, you will automatically enter #tor, which is a chatroom with Tor developers, relay operators and other community members. There are some random people in #tor as well.

You can ask questions in the empty bar at the bottom of the screen. Please, don't ask to ask, just ask your question.

People may be able to answer right away, or there may be a bit of a delay (some people are listed on the channel but are away from their keyboards and record channel activities to read later).

If you want to chat with someone specific, start your comment with their nick and they will typically receive a notification that someone is trying to contact them.

OFTC often doesn't allow people to use their webchat over Tor. For this reason, and because many people end up preferring it anyway, you should also consider using an IRC client.

Tor compte sur le soutien d’utilisateurs et de bénévoles du monde entier pour nous aider à améliorer nos logiciels et nos ressources. C’est pourquoi vos rétroactions sont inestimables pour nous (et pour tous les utilisateurs de Tor).

Feedback template

When sending us feedback or reporting a bug, please include as many of these as possible:

  • Operating System you are using
  • Version du Navigateur Tor
  • Tor Browser Security Level
  • Step by step of how you got to the issue, so we can reproduce it (e.g. I opened the browser, typed a url, clicked on (i) icon, then my browser crashed)
  • Une capture d’écran du problème
  • Le journal

Comment nous joindre

Il y a plusieurs façons de nous joindre, veuillez utiliser alors ce qui vous convient le mieux.

GitLab

First, check if the bug is already known. You can search and read all the issues at https://gitlab.torproject.org/. To create a new issue, please request a new account to access Tor Project's GitLab instance and find the right repository to report your issue. We track all Tor Browser related issues at Tor Browser issue tracker. Issues related to our websites should be filed under the Web issue tracker.

Courriel

Send us an email to frontdesk@torproject.org

In the subject line of your email, please tell us what you're reporting. The more specific your subject line is (e.g. "Connection failure", "feedback on website", "feedback on Tor Browser, "I need a bridge"), the easier it will be for us to understand and follow up. Sometimes when we receive emails without subject lines, they're marked as spam and we don't see them.

For the fastest response, please write in English, Spanish, and/or Portuguese if you can. If none of these languages works for you, please write in any language you feel comfortable with, but keep in mind it will take us a bit longer to answer as we will need help with translation to understand it.

Blog post comments

You can always leave comments on the blog post related to the issue or feedback you want to report. If there is not a blog post related to your issue, please contact us another way.

IRC

You can find us in the #tor channel on OFTC to give us feedback or report bugs/issues. We may not respond right away, but we do check the backlog and will get back to you when we can.

Learn how to connect to OFTC servers.

Email Lists

For reporting issues or feedback using email lists, we recommend that you do so on the one that is related to what you would like to report. A complete directory of our mailing lists can be found here.

For feedback or issues related to Tor Browser, Tor network or other projects developed by Tor: tor-talk

For feedback or issues related to our websites: ux

For feedback or issues related to running a Tor relay: tor-relays

For feedback on content related to Tor Browser Manual or Support website: tor-community-team

Report a security issue

If you've found a security issue in one of our projects or in our infrastructure, please email tor-security@lists.torproject.org. If you've found a security bug in Tor or Tor Browser, feel free to submit it for our bug bounty program. Si vous souhaitez chiffrer votre courriel, vous pouvez obtenir la clé publique GPG de la liste en contactant tor-security-sendkey@lists.torproject.org ou sur pool.sks-keyservers.net. En voici l’empreinte numérique :

  gpg --fingerprint tor-security@lists.torproject.org
  pub 4096R/1A7BF184 2017-03-13
  Fingerprint=8B90 4624 C5A2 8654 E453 9BC2 E135 A8B4 1A7B F184
  uid tor-security@lists.torproject.org
  uid tor-security@lists.torproject.org
  uid tor-security@lists.torproject.org
  sub 4096R/C00942E4 2017-03-13

Dépôt Debian

Yes, deb.torproject.org is also served through via an Onion Service: http://apow7mjfryruh65chtdydfmqfpj5btws7nbocgtaovhvezgccyjazpqd.onion/

Note: The symbol # refers to running the code as root. This means you should have access to a user account with system administration privileges, e.g your user should be in the sudo group.

To use Apt over Tor, the apt transport needs to be installed:

   # apt install apt-transport-tor

Then you need to add the following entries to /etc/apt/sources.list or a new file in /etc/apt/sources.list.d/:

   # For the stable version.
   deb tor://apow7mjfryruh65chtdydfmqfpj5btws7nbocgtaovhvezgccyjazpqd.onion/torproject.org <DISTRIBUTION> main

   # For the unstable version.
   deb tor://apow7mjfryruh65chtdydfmqfpj5btws7nbocgtaovhvezgccyjazpqd.onion/torproject.org tor-nightly-master-<DISTRIBUTION> main

Replace <DISTRIBUTION> with your Operating System codename. Run lsb_release -c or cat /etc/debian_version to check the Operating System version.

Now refresh your sources and try to install tor again:

   # apt update
   # apt install tor

No. Do not use the packages in Ubuntu's universe. In the past they have not been reliably updated. That means you could be missing stability and security fixes. Instead, please use Tor Debian repository.

The Tor Project maintains its own Debian package repository. Since Debian provides the LTS version of Tor, this might not always give you the latest stable Tor version. Therefore, it's recommended to install tor from our repository.

Here's how you can enable Tor Package Repository in Debian based distributions:

Note: The symbol # refers to running the code as root. This means you should have access to a user account with system administration privileges, e.g your user should be in the sudo group.

Prerequisite: Verify the CPU architecture

The package repository offers amd64, arm64, and i386 binaries. Verify your operating system is capable of running the binary by inspecting the output of the following commend:

  # dpkg --print-architecture

It should output either amd64, arm64, or i386. The repository does not support other CPU architectures.

Note on Raspbian: The package repository does not offer 32-bit ARM architecture (armhf) images. You should either build Tor from source, or install the version Debian offers.

1. Install apt-transport-https

To enable all package managers using the libapt-pkg library to access metadata and packages available in sources accessible over https (Hypertext Transfer Protocol Secure).

   # apt install apt-transport-https

2. Add the following entries to /etc/apt/sources.list or a new file in /etc/apt/sources.list.d/

   deb     https://deb.torproject.org/torproject.org <DISTRIBUTION> main
   deb-src https://deb.torproject.org/torproject.org <DISTRIBUTION> main

If you want to try experimental packages, add these in addition to the lines from above (Note, use whatever is the current experimental version instead of 0.4.6.x from the example below):

   deb     https://deb.torproject.org/torproject.org tor-experimental-0.4.6.x-<DISTRIBUTION> main
   deb-src https://deb.torproject.org/torproject.org tor-experimental-0.4.6.x-<DISTRIBUTION> main

Ou les versions quotidiennes :

   deb     https://deb.torproject.org/torproject.org tor-nightly-master-<DISTRIBUTION> main
   deb-src https://deb.torproject.org/torproject.org tor-nightly-master-<DISTRIBUTION> main

Replace <DISTRIBUTION> with your Operating System codename. Run lsb_release -c or cat /etc/debian_version to check the Operating System version.

Note: Ubuntu Focal dropped support for 32-bit, so instead use:

   deb     [arch=amd64] https://deb.torproject.org/torproject.org focal main
   deb-src [arch=amd64] https://deb.torproject.org/torproject.org focal main

Warning symptom, when running sudo apt update:

   Skipping acquire of configured file 'main/binary-i386/Packages' as repository 'http://deb.torproject.org/torproject.org focal InRelease' doesn't support architecture 'i386'

3. Then add the gpg key used to sign the packages by running the following commands at your command prompt

   # wget -qO- https://deb.torproject.org/torproject.org/A3C4F0F979CAA22CDBA8F512EE8CBC9E886DDD89.asc | gpg --import
   # gpg --export A3C4F0F979CAA22CDBA8F512EE8CBC9E886DDD89 | apt-key add -

4. Install tor and tor debian keyring

We provide a Debian package to help you keep our signing key current. It is recommended you use it. Install it with the following commands:

   # apt update
   # apt install tor deb.torproject.org-keyring

Paquets rpm de Tor

The Tor Project maintains its own RPM package repository for CentOS and RHEL and Fedora.

Note: The symbol # refers to be running the code as root. That means you should have access to a user account with system administration privileges, e.g your user should be in the sudo group.

Here's how you can enable Tor Package Repository for both CentOS and RHEL and Fedora:

1. Enable epel repository (only for CentOS and RHEL)

# dnf install epel-release -y

2. Add the following to /etc/yum.repos.d/tor.repo

For CentOS or RHEL:

[tor]
name=Tor for Enterprise Linux $releasever - $basearch
baseurl=https://rpm.torproject.org/centos/$releasever/$basearch
enabled=1
gpgcheck=1
gpgkey=https://rpm.torproject.org/centos/public_gpg.key
cost=100

Pour Fedora :

[tor]
name=Tor for Fedora $releasever - $basearch
baseurl=https://rpm.torproject.org/fedora/$releasever/$basearch
enabled=1
gpgcheck=1
gpgkey=https://rpm.torproject.org/fedora/public_gpg.key
cost=100

3. Install the Tor package

Then you can install the latest Tor package.

# dnf install tor -y

Using it for the first time, you will have to import the GPG public key.

Importing GPG key 0x3621CD35:
Userid     : "Kushal Das (RPM Signing key) <kushal@torproject.org>"
Fingerprint: 999E C8E3 14BC 8D46 022D 6C7D E217 C30C 3621 CD35
From       : https://rpm.torproject.org/fedora/public_gpg.key
Is this ok [y/N]: y

FAQ sur les abus

Great. That's exactly why we implemented exit policies.

Each Tor relay has an exit policy that specifies what sort of outbound connections are allowed or refused from that relay. The exit policies are propagated to Tor clients via the directory, so clients will automatically avoid picking exit relays that would refuse to exit to their intended destination. This way each relay can decide the services, hosts, and networks it wants to allow connections to, based on abuse potential and its own situation. Read the Support entry on issues you might encounter if you use the default exit policy, and then read Mike Perry's tips for running an exit node with minimal harassment.

The default exit policy allows access to many popular services (e.g. web browsing), but restricts some due to abuse potential (e.g. mail) and some since the Tor network can't handle the load (e.g. default file-sharing ports). You can change your exit policy by editing your torrc file. If you want to avoid most if not all abuse potential, set it to "reject *:*". This setting means that your relay will be used for relaying traffic inside the Tor network, but not for connections to external websites or other services.

If you do allow any exit connections, make sure name resolution works (that is, your computer can resolve Internet addresses correctly). If there are any resources that your computer can't reach (for example, you are behind a restrictive firewall or content filter), please explicitly reject them in your exit policy otherwise Tor users will be impacted too.

Criminals can already do bad things. Since they're willing to break laws, they already have lots of options available that provide better privacy than Tor provides. They can steal cell phones, use them, and throw them in a ditch; they can crack into computers in Korea or Brazil and use them to launch abusive activities; they can use spyware, viruses, and other techniques to take control of literally millions of Windows machines around the world.

Tor aims to provide protection for ordinary people who want to follow the law. Only criminals have privacy right now, and we need to fix that.

Some advocates of anonymity explain that it's just a tradeoff — accepting the bad uses for the good ones — but there's more to it than that. Criminals and other bad people have the motivation to learn how to get good anonymity, and many have the motivation to pay well to achieve it. Being able to steal and reuse the identities of innocent victims (identity theft) makes it even easier. Normal people, on the other hand, don't have the time or money to spend figuring out how to get privacy online. This is the worst of all possible worlds.

So yes, criminals can use Tor, but they already have better options, and it seems unlikely that taking Tor away from the world will stop them from doing their bad things. At the same time, Tor and other privacy measures can fight identity theft, physical crimes like stalking, and so on.

Distributed denial of service (DDoS) attacks typically rely on having a group of thousands of computers all sending floods of traffic to a victim. Since the goal is to overpower the bandwidth of the victim, they typically send UDP packets since those don't require handshakes or coordination.

But because Tor only transports correctly formed TCP streams, not all IP packets, you cannot send UDP packets over Tor. (You can't do specialized forms of this attack like SYN flooding either.) So ordinary DDoS attacks are not possible over Tor. Tor also doesn't allow bandwidth amplification attacks against external sites: you need to send in a byte for every byte that the Tor network will send to your destination. So in general, attackers who control enough bandwidth to launch an effective DDoS attack can do it just fine without Tor.

First of all, the default Tor exit policy rejects all outgoing port 25 (SMTP) traffic. So sending spam mail through Tor isn't going to work by default. It's possible that some relay operators will enable port 25 on their particular exit node, in which case that computer will allow outgoing mails; but that individual could just set up an open mail relay too, independent of Tor. In short, Tor isn't useful for spamming, because nearly all Tor relays refuse to deliver the mail.

Of course, it's not all about delivering the mail. Spammers can use Tor to connect to open HTTP proxies (and from there to SMTP servers); to connect to badly written mail-sending CGI scripts; and to control their botnets — that is, to covertly communicate with armies of compromised computers that deliver the spam.

This is a shame, but notice that spammers are already doing great without Tor. Also, remember that many of their more subtle communication mechanisms (like spoofed UDP packets) can't be used over Tor, because it only transports correctly-formed TCP connections.

Not much, in the grand scheme of things. The network has been running since October 2003, and it's only generated a handful of complaints. Of course, like all privacy-oriented networks on the net, it attracts its share of jerks. Tor's exit policies help separate the role of "willing to donate resources to the network" from the role of "willing to deal with exit abuse complaints", so we hope our network is more sustainable than past attempts at anonymity networks.

Since Tor has many good uses as well, we feel that we're doing pretty well at striking a balance currently.

If you run a Tor relay that allows exit connections (such as the default exit policy), it's probably safe to say that you will eventually hear from somebody. Abuse complaints may come in a variety of forms. For example:

  • Somebody connects to Hotmail, and sends a ransom note to a company. The FBI sends you a polite email, you explain that you run a Tor relay, and they say "oh well" and leave you alone. [Port 80]
  • Somebody tries to get you shut down by using Tor to connect to Google groups and post spam to Usenet, and then sends an angry mail to your ISP about how you're destroying the world. [Port 80]
  • Somebody connects to an IRC network and makes a nuisance of himself. Your ISP gets polite mail about how your computer has been compromised; and/or your computer gets DDoSed. [Port 6667]
  • Somebody uses Tor to download a Vin Diesel movie, and your ISP gets a DMCA takedown notice. See EFF's Tor DMCA Response Template, which explains why your ISP can probably ignore the notice without any liability. [Arbitrary ports]

Some hosting providers are friendlier than others when it comes to Tor exits. For a listing see the good and bad ISPs wiki.

For a complete set of template responses to different abuse complaint types, see the collection of templates. You can also proactively reduce the amount of abuse you get by following these tips for running an exit node with minimal harassment and running a reduced exit policy.

You might also find that your Tor relay's IP is blocked from accessing some Internet sites/services. This might happen regardless of your exit policy, because some groups don't seem to know or care that Tor has exit policies. (If you have a spare IP not used for other activities, you might consider running your Tor relay on it.) In general, it's advisable not to use your home internet connection to provide a Tor relay.

Sometimes jerks make use of Tor to troll IRC channels. This abuse results in IP-specific temporary bans ("klines" in IRC lingo), as the network operators try to keep the troll off of their network.

This response underscores a fundamental flaw in IRC's security model: they assume that IP addresses equate to humans, and by banning the IP address they can ban the human. In reality, this is not the case — many such trolls routinely make use of the literally millions of open proxies and compromised computers around the Internet. The IRC networks are fighting a losing battle of trying to block all these nodes, and an entire cottage industry of blocklists and counter-trolls has sprung up based on this flawed security model (not unlike the antivirus industry). The Tor network is just a drop in the bucket here.

On the other hand, from the viewpoint of IRC server operators, security is not an all-or-nothing thing. By responding quickly to trolls or any other social attack, it may be possible to make the attack scenario less attractive to the attacker. And most individual IP addresses do equate to individual humans, on any given IRC network at any given time. The exceptions include NAT gateways which may be allocated access as special cases. While it's a losing battle to try to stop the use of open proxies, it's not generally a losing battle to keep klining a single ill-behaved IRC user until that user gets bored and goes away.

But the real answer is to implement application-level auth systems, to let in well-behaving users and keep out badly-behaving users. This needs to be based on some property of the human (such as a password they know), not some property of the way their packets are transported.

Of course, not all IRC networks are trying to ban Tor nodes. After all, quite a few people use Tor to IRC in privacy in order to carry on legitimate communications without tying them to their real-world identity. Each IRC network needs to decide for itself if blocking a few more of the millions of IPs that bad people can use is worth losing the contributions from the well-behaved Tor users.

If you're being blocked, have a discussion with the network operators and explain the issues to them. They may not be aware of the existence of Tor at all, or they may not be aware that the hostnames they're klining are Tor exit nodes. If you explain the problem, and they conclude that Tor ought to be blocked, you may want to consider moving to a network that is more open to free speech. Maybe inviting them to #tor on irc.oftc.net will help show them that we are not all evil people.

Finally, if you become aware of an IRC network that seems to be blocking Tor, or a single Tor exit node, please put that information on The Tor IRC block tracker so that others can share. At least one IRC network consults that page to unblock exit nodes that have been blocked inadvertently.

Even though Tor isn't useful for spamming, some over-zealous blocklisters seem to think that all open networks like Tor are evil — they attempt to strong-arm network administrators on policy, service, and routing issues, and then extract ransoms from victims.

If your server administrators decide to make use of these blocklists to refuse incoming mail, you should have a conversation with them and explain about Tor and Tor's exit policies.

We're sorry to hear that. There are some situations where it makes sense to block anonymous users for an Internet service. But in many cases, there are easier solutions that can solve your problem while still allowing users to access your website securely.

First, ask yourself if there's a way to do application-level decisions to separate the legitimate users from the jerks. For example, you might have certain areas of the site, or certain privileges like posting, available only to people who are registered. It's easy to build an up-to-date list of Tor IP addresses that allow connections to your service, so you could set up this distinction only for Tor users. This way you can have multi-tiered access and not have to ban every aspect of your service.

For example, the Freenode IRC network had a problem with a coordinated group of abusers joining channels and subtly taking over the conversation; but when they labeled all users coming from Tor nodes as "anonymous users", removing the ability of the abusers to blend in, the abusers moved back to using their open proxies and bot networks.

Second, consider that hundreds of thousands of people use Tor every day simply for good data hygiene — for example, to protect against data-gathering advertising companies while going about their normal activities. Others use Tor because it's their only way to get past restrictive local firewalls. Some Tor users may be legitimately connecting to your service right now to carry on normal activities. You need to decide whether banning the Tor network is worth losing the contributions of these users, as well as potential future legitimate users. (Often people don't have a good measure of how many polite Tor users are connecting to their service — you never notice them until there's an impolite one.)

At this point, you should also ask yourself what you do about other services that aggregate many users behind a few IP addresses. Tor is not so different from AOL in this respect.

Lastly, please remember that Tor relays have individual exit policies. Many Tor relays do not allow exiting connections at all. Many of those that do allow some exit connections might already disallow connections to your service. When you go about banning nodes, you should parse the exit policies and only block the ones that allow these connections; and you should keep in mind that exit policies can change (as well as the overall list of nodes in the network).

If you really want to do this, we provide a Tor exit relay list or a DNS-based list you can query.

(Some system administrators block ranges of IP addresses because of official policy or some abuse pattern, but some have also asked about allowing Tor exit relays because they want to permit access to their systems only using Tor. These scripts are usable for allowlisting as well.)

Les développeurs de Tor ne peuvent rien faire pour suivre les utilisateurs de Tor à la trace. The same protections that keep bad people from breaking Tor's anonymity also prevent us from figuring out what's going on.

Some fans have suggested that we redesign Tor to include a backdoor. There are two problems with this idea. First, it technically weakens the system too far. Having a central way to link users to their activities is a gaping hole for all sorts of attackers; and the policy mechanisms needed to ensure correct handling of this responsibility are enormous and unsolved. Second, the bad people aren't going to get caught by this anyway, since they will use other means to ensure their anonymity (identity theft, compromising computers and using them as bounce points, etc).

This ultimately means that it is the responsibility of site owners to protect themselves against compromise and security issues that can come from anywhere. This is just part of signing up for the benefits of the Internet. You must be prepared to secure yourself against the bad elements, wherever they may come from. Tracking and increased surveillance are not the answer to preventing abuse.

But remember that this doesn't mean that Tor is invulnerable. Traditional police techniques can still be very effective against Tor, such as investigating means, motive, and opportunity, interviewing suspects, writing style analysis, technical analysis of the content itself, sting operations, keyboard taps, and other physical investigations. The Tor Project is also happy to work with everyone including law enforcement groups to train them how to use the Tor software to safely conduct investigations or anonymized activities online.

The Tor Project does not host, control, nor have the ability to discover the owner or location of a .onion address. The .onion address is an address from an onion service. The name you see ending in .onion is an onion service descriptor. It's an automatically generated name which can be located on any Tor relay or client anywhere on the Internet. Onion services are designed to protect both the user and service provider from discovering who they are and where they are from. The design of onion services means the owner and location of the .onion site is hidden even from us.

But remember that this doesn't mean that onion services are invulnerable. Traditional police techniques can still be very effective against them, such as interviewing suspects, writing style analysis, technical analysis of the content itself, sting operations, keyboard taps, and other physical investigations.

If you have a complaint about child abuse materials, you may wish to report it to the National Center for Missing and Exploited Children, which serves as a national coordination point for investigation of child pornography: http://www.missingkids.com/. We do not view links you report.

We take abuse seriously. Activists and law enforcement use Tor to investigate abuse and help support survivors. We work with them to help them understand how Tor can help their work. In some cases, technological mistakes are being made and we help to correct them. Because some people in survivors' communities embrace stigma instead of compassion, seeking support from fellow victims requires privacy-preserving technology.

Our refusal to build backdoors and censorship into Tor is not because of a lack of concern. We refuse to weaken Tor because it would harm efforts to combat child abuse and human trafficking in the physical world, while removing safe spaces for victims online. Meanwhile, criminals would still have access to botnets, stolen phones, hacked hosting accounts, the postal system, couriers, corrupt officials, and whatever technology emerges to trade content. They are early adopters of technology. In the face of this, it is dangerous for policymakers to assume that blocking and filtering is sufficient. We are more interested in helping efforts to halt and prevent child abuse than helping politicians score points with constituents by hiding it. The role of corruption is especially troubling; see this United Nations report on The Role of Corruption in Trafficking in Persons.

Finally, it is important to consider the world that children will encounter as adults when enacting policy in their name. Will they thank us if they are unable to voice their opinions safely as adults? What if they are trying to expose a failure of the state to protect other children?

mesures de Tor

We actually don't count users, but we count requests to the directories that clients make periodically to update their list of relays and estimate number of users indirectly from there.

No, but we can see what fraction of directories reported them, and then we can extrapolate the total number in the network.

We put in the assumption that the average client makes 10 such requests per day. A tor client that is connected 24/7 makes about 15 requests per day, but not all clients are connected 24/7, so we picked the number 10 for the average client. We simply divide directory requests by 10 and consider the result as the number of users. Another way of looking at it, is that we assume that each request represents a client that stays online for one tenth of a day, so 2 hours and 24 minutes.

Average number of concurrent users, estimated from data collected over a day. We can't say how many distinct users there are.

No, the relays that report these statistics aggregate requests by country of origin and over a period of 24 hours. The statistics we would need to gather for the number of users per hour would be too detailed and might put users at risk.

Then we count those users as one. We really count clients, but it's more intuitive for most people to think of users, that's why we say users and not clients.

No, because that user updates their list of relays as often as a user that doesn't change IP address over the day.

The directories resolve IP addresses to country codes and report these numbers in aggregate form. This is one of the reasons why tor ships with a GeoIP database.

Very few bridges report data on transports or IP versions yet, and by default we consider requests to use the default OR protocol and IPv4. Once more bridges report these data, the numbers will become more accurate.

Relays and bridges report some of the data in 24-hour intervals which may end at any time of the day.
And after such an interval is over relays and bridges might take another 18 hours to report the data.
We cut off the last two days from the graphs, because we want to avoid that the last data point in a graph indicates a recent trend change which is in fact just an artifact of the algorithm.

The reason is that we publish user numbers once we're confident enough that they won't change significantly anymore. But it's always possible that a directory reports data a few hours after we were confident enough, but which then slightly changed the graph.

We do have descriptor archives from before that time, but those descriptors didn't contain all the data we use to estimate user numbers. Please find the following tarball for more details:

Tarball

For direct users, we include all directories which we didn't do in the old approach. We also use histories that only contain bytes written to answer directory requests, which is more precise than using general byte histories.

Oh, that's a whole different story. We wrote a 13 page long technical report explaining the reasons for retiring the old approach.
tl;dr: in the old approach we measured the wrong thing, and now we measure the right thing.

We run an anomaly-based censorship-detection system that looks at estimated user numbers over a series of days and predicts the user number in the next days. If the actual number is higher or lower, this might indicate a possible censorship event or release of censorship. For more details, see our technical report.